This content is not available in your region

Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine avertit la Finlande de son "erreur" de vouloir rejoindre l'Otan

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Vladimir Poutine préside une réunion au Kremlin, Moscou, 13 mai 2022
Vladimir Poutine préside une réunion au Kremlin, Moscou, 13 mai 2022   -   Tous droits réservés  AP

Le souhait d'Helsinki d'adhérer à l'OTAN est vu d'un très mauvais œil par Moscou.

Tentant "d'éviter les tensions", le président finlandais Sauli Niinistö a informé samedi son homologue russe Vladimir Poutine de la candidature imminente de son pays à l'Otan, une bascule historique qualifiée d'"erreur" par le maître du Kremlin.

Selon Moscou, Vladimir Poutine lui a signifié que voir la Finlande cesser sa longue politique de non-alignement militaire "serait une erreur, puisqu'il n'y a aucune menace à la sécurité de la Finlande".

La nuit de vendredi à samedi, les exportations d'électricité de Russie vers la Finlande ont cessé. Pour justifier sa décision, l’entreprise russe a invoqué des impayés. La Finlande importait jusqu'ici environ 10% de sa consommation électrique totale depuis son grand voisin russe.

le G7 "ne reconnaîtra jamais les frontières" que la Russie tente de modifier par la force

Le G7 ne "reconnaîtra jamais" les frontières que la Russie veut imposer par la force avec sa guerre en Ukraine, ont affirmé samedi les ministres des Affaires étrangères du groupe des sept grandes puissances.

"Nous ne reconnaîtrons jamais les frontières que la Russie a essayé de changer par son intervention militaire", indiquent les chefs de la diplomatie dans une déclaration diffusée à l'issue d'une réunion de trois jours à Wangels, au nord de l'Allemagne

"Nous maintiendrons notre engagement à soutenir la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, y compris la Crimée (...)", précisent-ils.

La cheffe de la Diplomatie allemande Annalena Baerbock, dont le pays assure la présidence du G7 cette année, a insisté sur le fait qu'il revenait à l'Ukraine "de décider elle-même", "car c'est son territoire".

"Nous ne devons pas être naïfs. Cette guerre des céréales et la famine qui s'annonce ne sont pas des dommages collatéraux. C'est un instrument délibérément utilisé dans le cadre d'une guerre hybride qui se déroule en ce moment même. La Russie prépare le terrain pour de nouvelles crises afin d'affaiblir intentionnellement la cohésion internationale contre la guerre en Ukraine", explique la ministre allemande.

Les ministres ont réitéré leur demande à la Russie de "mettre fin à la guerre qu'elle a commencé sans provocation (de la part de l'Ukraine) et à la souffrance tragique et les pertes en vies humaines qu'elle continue de provoquer".

Ils également ont promis samedi "d'élargir les sanctions" économiques visant Moscou pour son invasion de l'Ukraine à "des secteurs dont la Russie est particulièrement dépendante" tout en exhortant la Chine à "ne pas saper" ces mesures.

Sergueï Lavrov:  "L'Occident a déclaré la guerre totale" à la Russie

"L'Occident nous a déclaré une guerre hybride totale et il est difficile de prévoir combien de temps tout cela va durer, mais il est clair que les conséquences seront ressenties par tout le monde, sans exception. Nous avons tout fait pour éviter un affrontement direct - mais maintenant que le défi a été lancé, nous l'acceptons. Nous ne sommes pas étrangers aux sanctions : elles ont presque toujours été là, sous une forme ou une autre", a dit ce samedi, le chef de la diplomatie russe Sergeï Lavrov.