This content is not available in your region

Grèves dans les airs et sur les rails en Europe

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Un avion de la compagnie Ryanair
Un avion de la compagnie Ryanair   -   Tous droits réservés  Arne Dedert/(c) Copyright 2022, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten

Grèves chez Brussels Airlines et Ryanair

De légères perturbations affectent les aéroports en Europe, principalement en Belgique, en raison d'une grève chez Brussels Airlines et Ryanair, contraintes d'annuler ce week-end des dizaines de vols.

Les syndicats dénoncent un manque de personnel face au récent rebond du trafic aérien depuis l'arrêt des restrictions anti-Covid.

"En 2019, nous avions environ 2 500 vols par jour sur l'ensemble du réseau. Aujourd'hui, on est au-dessus des 3 000 vols, mais avec à peu près le même nombre de personnel ", souligne Philip Boyriven, pilote chez Ryanair.

A Madrid, en Espagne, où aucun vol n'a été annulé, des membres de l'Union syndicale ouvrière (USO) ont tenu à exprimer leur solidarité vis-à-vis du personnel de Ryanair qui a renoncé à la grève par peur de représailles.

"Nous demandons des choses élémentaires : que le personnel soit payé plus que le salaire minimum, que de l'eau soit donnée aux membres d'équipage et nous demandons la négociation d'une convention collective", explique Ernesto Iglesias, représentant USO.

En 2019, nous avions environ 2 500 vols par jour sur l'ensemble du réseau. Aujourd'hui, on est au-dessus des 3 000 vols, mais avec à peu près le même nombre de personnel.
Philip Boyriven
Pilote chez Ryanair

Grèves sur les rails

Le mécontentement touche également le personnel du rail. En France, les syndicats menacent de faire grève le 6 juillet à la veille des départs en vacances. Ils réclament une hausse des salaires pour faire face à l'inflation et davantage de moyens, alors que le trafic est en hausse cet été.

Des préoccupations partagées par les cheminots britanniques qui ont déjà déjà débrayé mardi et jeudi et menacent de poursuivre leur mouvement si aucun accord n'est trouvé. Ils demandent l'intervention du gouvernement qui est confronté à la plus importante grève du rail en 30 ans au Royaume-Uni.