This content is not available in your region

A Kyiv, la "dérussification" passe par les Lettres

Access to the comments Discussion
Par Etienne Paponaud  avec AFP
euronews_icons_loading
Une allée du marché aux livres de Petrivka, à Kiev, le 23 juin 2022.
Une allée du marché aux livres de Petrivka, à Kiev, le 23 juin 2022.   -   Tous droits réservés  YURIY DYACHYSHYN/AFP or licensors

Dans les allées de Petrivka, le célèbre marché livres de Kyiv, la loi récemment votée au Parlement qui impose de sévères restrictions sur les livres russes écrits après 1991 divise chez les libraires et amoureux de la littérature. Il sera bientôt interdit d'importer des livres publiés en Russie ou chez son allié le Bélarus, et ce quel que soit l'auteur.

Olexandr Drobin, libraire spécialisé en littérature russe, se montre dubitatif. « La loi est certes votée, mais comment l'appliquer ? Personne ne le sait. Que devons-nous faire ? Prendre ces livres, les jeter dans la rue et les brûler ? »

Natasha Sikorskaya, lectrice habituée du marché, acquiesce. « Les conséquences de la guerre avec la Russie sont très importantes. Mais je pense que ratifier une telle loi en ce moment, ça n'est vraiment pas souhaitable. Nous avons tellement de problèmes beaucoup plus importants par les temps qui courent. »

L'application du texte s'annonce – il est vrai – pour le moins compliquée : les livres publiés en langue russe en Ukraine et dans d'autres pays restent théoriquement autorisés, si la langue d’origine de l'ouvrage est le russe et que son contenu n'est pas considéré comme hostile à l'Ukraine.

Mais tous ne rejettent pas cette loi. « C'est la guerre. Donc nous avons besoin de mesures fortes pour contrer la russification qui s'est développée en Ukraine par de nombreux moyens dans le passé », avance Anatoly Gounko, libraire spécialisé dans la littérature ukrainienne.

Les grands classiques de la littérature russe, comme Alexandre Pouchkine, Léon Tolstoï ou Nicolas Gogol, né au début du XIXème siècle sur le territoire de l’actuelle Ukraine alors comprise dans l’Empire russe et écrivain de langue russe, ne sont pas toutefois pas concernés par la loi.

Pour l'Ukraine, après trois décennies de décommunisation, il s'agit de s'émanciper un peu plus de l'emprise russe, alors que l'invasion russe a été lancée il y a 4 mois.