This content is not available in your region

Entre indifférence et ton martial... Le Kremlin réagit à la candidature de l'Ukraine à l'UE

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Vladimir Poutine à Moscou lors des commémorations de la Seconde guerre mondiale le 22/06/2022
Vladimir Poutine à Moscou lors des commémorations de la Seconde guerre mondiale le 22/06/2022   -   Tous droits réservés  Mikhail Metzel/Copyright 2022 Sputnik

Quatre mois tout juste après le début de l'invasion russe, l'Ukraine s'est vu accorder officiellement jeudi le statut de candidat à l'Union européenne.

Une "affaire interne à l'Europe"

Cette annonce n'a pas tardé à faire réagir le Kremlin qui a semblé toutefois minimiser la portée de cette candidature, soulignant que l'Union européenne n'est pas, contrairement à l'Otan, une alliance militaire. De plus le processus d'adhésion de l'Ukraine pourrait prendre de très longues années.

"C'est une affaire interne à l'Europe", a souligné le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Il est très important pour nous que tous ces processus ne nous apportent pas plus de problèmes et qu'ils n'aggravent pas les relations entre les pays concernés et la Russie. Il y a déjà suffisamment de problèmes. Il est important que ces processus ne conduisent pas à une nouvelle détérioration de nos relations avec l'Union européenne, déjà au plus bas".

Il est important que ces processus ne conduisent pas à une nouvelle détérioration de nos relations avec l'Union européenne.
Dmitri Peskov
Porte-parole du Kremlin

Lavrov fait un parallèle avec l'Allemagne nazie

Autre réaction, celle de Sergueï Lavrov. En visite en Azerbaïdjan, le chef de la diplomatie russe a adopté un ton plus martial, faisant un parallèle entre le comportement actuel des occidentaux et l'Allemagne nazie.

"Lorsque la Seconde Guerre mondiale a commencé, Hitler avait rassemblé sous son étendard une grande partie de l'Europe pour faire la guerre contre l'Union soviétique. Aujourd'hui, l’Union européenne et l'Otan rassemblent une telle coalition contemporaine pour lutter et, dans une large mesure, faire la guerre à la Russie."

Hitler avait rassemblé sous son étendard une grande partie de l'Europe pour faire la guerre contre l'Union soviétique.
Sergueï Lavrov
Chef de la diplomatie européenne