PUBLICITÉ

Sri Lanka : les partis d'opposition se mettent d'accord sur la formation d’un nouveau gouvernement

euronews
euronews Tous droits réservés Eranga Jayawardena/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Eranga Jayawardena/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec Agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La nouvelle accueillie a été accueillie avec joie par les manifestants qui, méfiants malgré tout, ont la ferme intention de continuer à occuper le palais présidentiel jusqu’à la démission du président.

PUBLICITÉ

La nouvelle accueillie a été avec joie par les manifestants qui, méfiants malgré tout, ont la ferme intention de continuer à occuper le palais présidentiel jusqu’à la démission du président du pays. Elle doit être officialisée ce mercredi. Les Sri Lankais rendent en grand partie responsable Gotabaya Rajapaksa de la crise économique sans précédent que connaît le Sri Lanka et ont donc décidé de profiter pour quelques heures du luxe habituellement réservé aux dirigeants de l'Etat, occupant ainsi non seulement le palais présidentiel, mais aussi celui du Premier ministre, et les bureaux de ces deux dirigeants.

"Au cours des six derniers mois, les gens se battaient dans les files d'attente que ce soit pour le carburant, la nourriture, le gaz, etc. Mais maintenant les gens ont de l’espoir", dit un manifestant.

Face aux pénuries d'alimentation, de médicaments et d'énergie, les Sri Lankais ont manifesté pendant des mois pour dire leur colère, souvent dans la violence. Le calme semble revenu, mais reste le constat dressé dimanche par les Nations unies ; dans ce pays autrefois à revenu intermédiaire, les trois-quarts de la population en sont maintenant à réduire leur alimentation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sri Lanka : manifestation contre le président Rajapaksa

Le Sri Lanka plongé en pleine crise économique et politique

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron se rend dans l'archipel français