This content is not available in your region

Reprise des livraisons de gaz russe par Nord Stream 1 : Berlin reste sceptique

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Nord Stream
Nord Stream   -   Tous droits réservés  JOHN MACDOUGALL/AFP or licensors

Les livraisons de gaz russe à l'Allemagne devraient reprendre au niveau "d'avant la maintenance" via le gazoduc Nord Stream, dont les travaux de maintenance s'achèvent jeudi matin, a affirmé mercredi l'opérateur allemand du réseau Gascade.

Le gouvernement allemand reste néanmoins sceptique.

"Nous partons du principe que, conformément aux nominations actuelles, le transport de gaz via Nord Stream reprendra au niveau d'avant la maintenance, soit 40% de la capacité", a indiqué l'entreprise dans un communiqué en se basant sur les données transmises par ses clients.

Nord Stream 1 part de la ville russe de Vyborg près de la frontière avec la Finlande, et traverse la mer Baltique jusqu'à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne.

Plus de 167 millions de mètres cubes de gaz peuvent transiter par le gazoduc chaque jour. 

Nord Stream 1 en maintenance depuis dix jours. Jusque là rien d'anormal, puisque ces travaux ont lieu tous les étés. Mais le contexte politique, sur fond de guerre en Ukraine, inquiète l'Allemagne, dépendante du gaz russe. 

Berlin craint que Moscou ne profite de ces travaux de maintenance pour repousser la reprise du gazoduc, voire couper définitivement le robinet en guise de pression politique.

Le volume d'approvisionnement par la Russie a déjà été réduit de 60% ces dernières semaines, comme l'affirme Robert Habeck, ministre allemand de l'économie : "Ce que nous avons vu par le passé, c'est que des raisons techniques sont avancées, mais c'est en fait un choix politique. Puisque cela s'est produit une fois, ça peut bien se reproduire".

Le Canada accusé par Vladimir Poutine

De son côté, Vladimir Poutine assure que les livraisons reprendront normalement mais accuse le Canada d'avoir tardé à restituer une turbine allemande du gazoduc Nord Stream 1, réparée sur son sol, dans l'espoir de vendre ses propres hydrocarbures à l'Europe.

Le sort de cette turbine Siemens, présentée par Moscou comme essentielle au bon fonctionnement de Nord Stream 1, a jeté l'incertitude sur l'avenir des livraisons par la Russie.

Le Canada, où elle avait été envoyée pour être réparée dans une usine du groupe allemand, a restitué la turbine à l'Allemagne, après avoir hésité à cause des sanctions visant Moscou pour son offensive en Ukraine. Mais le calendrier de son acheminement en Russie est incertain.

"Un engin avait besoin d'être réparé. Il n'a pas été rendu par le Canada à cause de ses sanctions contre Gazprom, alors même que (les réparations ont eu lieu) dans une usine Siemens", a déclaré M. Poutine, cité par l'agence de presse Tass.

"Je vais vous dire pourquoi le Canada a fait cela. C'est parce qu'il produit lui aussi du pétrole et du gaz et prévoit d'entrer sur le marché européen", a-t-il ajouté.

"Ils disent qu'ils vont renvoyer ces (turbines), en tout cas l'une d'entre elles. Mais dans quel état vont-ils la renvoyer, quels seront les paramètres techniques après la réparation?", a déclaré M. Poutine, cité par l'agence de presse Tass.

"Peut-être qu'ils (les opérateurs du gazoduc) devront tout simplement la désactiver à un moment donné, et alors Nord Stream 1 s'arrêtera", a poursuivi le président russe.