PUBLICITÉ

Récolter en temps de guerre : la détresse des agriculteurs ukrainiens

Un soldat russe non loin de Melitopol, dans le sud de l'Ukraine, jeudi 14 juillet 2022.
Un soldat russe non loin de Melitopol, dans le sud de l'Ukraine, jeudi 14 juillet 2022. Tous droits réservés AP/Copyright 2022 The Associated Press.
Tous droits réservés AP/Copyright 2022 The Associated Press.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Confrontés aux risques liés à la guerre, au blocage des exportations et à la montée des prix, certains agriculteurs ukrainiens risques la faillite. L'accord sur les céréales ukrainiennes arrive trop tard pour eux.

PUBLICITÉ

L'accord tout juste signé entre la Russie et l'Ukraine doit permettre d'évacuer des millions de tonnes de céréales. De quoi faire de la place pour de nouvelles récoltes, alors que de nombreux agriculteurs ukrainiens ont continué à recueillir le blé ces derniers mois.

Anatoli Gajvoronskii est dans cette situation. Ses silos sont quasi remplis, et il stocke désormais ses récoltes dans sa grange ou à même le sol, sous une bâche en plastique. "Ça rentre encore un peu, mais nous n'avons plus de place", affirme-t-il en pointant du doigt son silo à grains. 

Mais l'accord sur les céréales arrive même trop tard. L’agriculteur s'est battu pour sauver son entreprise mais il risque la faillite : "En automne, de nombreux agriculteurs ne pourront pas semer. Nous n'aurons peut-être plus d'argent pour le carburant, les semences ou pour payer nos employés", raconte-t-il.

On ne sait jamais où le prochain missile russe va atterrir. S'ils touchent le silo, une année entière de travail est détruite

En plus des problèmes d'exportation et d'augmentation des prix, les agriculteurs ukrainiens doivent aussi faire face aux risque de bombardements. "On ne sait pas où le prochain missile russe va atterrir. Vous pouvez voir qu'ils se concentrent maintenant sur les silos à grains. S'ils le touchent, une année entière de travail est détruite", témoigne Anatoli. 

"Quelque chose brûle tous les jours. Hier, il y avait des incendies par ici et par là, et dans la nuit, il y avait aussi des incendies. Les pompiers n'arrivent pas à éteindre les feux dans les villages ou dans les champs", explique Volodymyr Muzechuk, un autre agriculteur.

L'exportation des céréales ukrainiennes est très attendue dans de nombreux pays. L'Ukraine représente 12% des exportations mondiales de blé, et près de 20% du maïs et du colza

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Orban : "La bataille entre la gauche et la droite, c'est l'immigration et la question du genre"

La frappe à Kharkiv fait 16 morts, Zelensky évoque la concentration de troupes russes

MAJ : frappe russe sur un supermarché Kharkiv, au moins 14 morts