PUBLICITÉ

Ukraine : inquiétude autour de la centrale nucléaire de Zaporijia

Un militaire russe monte la garde dans une zone de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, dimanche 1er mai 2022.
Un militaire russe monte la garde dans une zone de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, dimanche 1er mai 2022. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Rafael Grossi, directeur général de l’AIEA, l’Agence internationale de l’énergie atomique, lance l’alerte.

PUBLICITÉ

L'inquiétude règne autour de la centrale nucléaire de Zaporijia. Depuis que les troupes russes s’en sont emparées début mars, les autorités de contrôle peinent à y faire imposer les règles de sécurité.

Rafael Grossi, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, lance l’alerte :"Pour que toute installation nucléaire fonctionne normalement et en toute sécurité, il y a un certain nombre de principes et de normes qui doivent être respectés, prévient-il. Et quand nous regardons la situation, la situation très unique que nous avons à Zaporijia, nous voyons que la plupart d'entre eux, sinon tous, ne sont pas respectés."

Le chef de l'AIEA a exhorté la Russie et l'Ukraine d'autoriser rapidement des experts à visiter le complexe afin de stabiliser la situation et d'éviter un accident nucléaire.

Course à l'armement

En attendant, Moscou tente de freiner Kyiv dans sa course à l’armement. Le ministère russe de la Défense affirme avoir détruit un dépôt d'armes à Lviv, près de la frontière avec la Pologne. Les forces russes disent également avoir détruit quatre dépôts de munitions, dont un dans la région de Mykolaïv et trois dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.

De son côté, l'armée ukrainienne s’est réjouie de l’arrivée de systèmes Himars, très mobiles, tirant des missiles guidés par GPS d'une portée de 80 kilomètres, fournis par les États-Unis.

Mise en danger des civils et reconstruction

Alors que la guerre continue de faire rage, un nouveau rapport d'Amnesty International pointe la responsabilité des deux parties dans la mise en danger des civils. La Russie, avec ses frappes de missiles aveugles, et l’Ukraine, en établissant des bases militaires dans des zones résidentielles peuplées.

Ce mercredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Reinsalu venu le rencontrer. L’Estonie s’est engagée à participer à la reconstruction des infrastructures ukrainiennes endommagées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Référendum en préparation à Zaporijjia, occupée par la Russie

La basketteuse américaine est au cœur d'une crise géopolitique entre Moscou et Washington

L'Ukraine plongée dans l'obscurité alors que la Russie s'attaque au réseau électrique