Mexique : la disparition d'étudiants en 2014 serait un "crime d'Etat"

Des proches des étudiants disparus avant leur rencontre avec le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, à Mexico.
Des proches des étudiants disparus avant leur rencontre avec le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, à Mexico. Tous droits réservés AP Photo/Fernando Llano
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon un rapport, des militaires et policiers mexicains seraient impliqués avec un cartel dans l’exécution des étudiants de l’école d’Ayotzinapa.

PUBLICITÉ

Des militaires mexicains ont une part de responsabilité dans la disparition des 43 étudiants de l'Ecole normale d'Ayotzinapa en 2014, selon un rapport officiel rendu public jeudi.

"Leurs actions, omissions ou participation ont permis la disparition et l'exécution des étudiants, ainsi que le meurtre de six autres personnes", a déclaré le sous-secrétaire à l'Intérieur Alejandro Encinas, lors de la présentation publique du rapport.

"Il y a eu des responsabilités claires de membres" des forces armées, a-t-il ajouté, sans préciser s'ils étaient toujours en activité.

M. Encinas, qui préside la "Commission pour la vérité Ayotzinapa" mise en place par le président Andrés Manuel Lopez Obrador pour tenter de faire la lumière sur cette affaire, a affirmé qu'il était nécessaire de continuer à enquêter sur l'implication des militaires dans ce qu'il a qualifié de "crime d'Etat".

Fin mars, M. Lopez Obrador avait révélé que des responsables de la Marine, soupçonnés d'avoir manipulé des preuves, faisaient l'objet d'enquêtes.

Dans la nuit du 26 au 27 septembre 2014, des étudiants de l'école d'Ayotzinapa s'étaient rendu jusqu'à la ville proche d'Iguala (sud) pour "réquisitionner" des autobus afin d'aller à Mexico, pour une manifestation.

Selon l'enquête, 43 jeunes ont été arrêtés par la police locale en collusion avec le cartel de narcotrafiquants Guerreros Unidos, puis exécutés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Colombie commémore ses victimes de disparition forcée

Roberto Toledo, quatrième journaliste assassiné au Mexique depuis le début de l'année

La condamnation d'une Australienne qualifiée de "la pire tueuse en série" annulée grâce à la science