This content is not available in your region

Sanctions contre Moscou : le G7 veut plafonner le prix du pétrole russe

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Une flamme au-dessus d'une raffinerie en Allemagne (Juillet 2022)
Une flamme au-dessus d'une raffinerie en Allemagne (Juillet 2022)   -   Tous droits réservés  Patrick Pleul/(c) Copyright 2022, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten

La G7 veut mettre en œuvre un plafonnement du prix du pétole russe et encourage une large coalition de pays à participer à cette initiative, y compris la Chine et l'Inde.

Cette décision a été prise lors d'une réunion virtuelle des ministres des Finances des sept pays les plus industrialisés au monde : États-Unis, Allemagne, France, Royaume-Uni, Canada et Japon.

"Aujourd'hui, le G7 a franchi une étape essentielle dans la réalisation de notre double objectif, à savoir exercer une pression à la baisse sur les prix mondiaux de l'énergie tout en privant (Vladimir) Poutine de revenus pour financer sa guerre brutale en Ukraine", a immédiatement salué la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

En plafonnant le prix du pétrole russe, le G7 entend à nouveau priver Moscou de ressources qui lui permettent de financer sa guerre d'agression en Ukraine. Le Kremlin a aussitôt mis en garde contre une déstabilisation du marché de l'or noir et averti que la Russie ne vendrait plus de pétole aux pays plafonnant les prix.

Le mécanisme de plafonnement s'annonce complexe

Complexe, la mesure nécessitera, pour être efficace, l'adhésion d'une large coalition de pays. Elle s'appuiera en outre sur des mécanismes de pression. Comme l'a expliqué Christian Lindner, le ministre allemand des Finances, les acheteurs de pétrole russe ne pourraient ainsi pas accéder aux assurances, indispensables au transport maritime si l'or noir est au-dessus du prix plafonné.

"Le plafond des prix sera fixé à un niveau basé sur une série de données techniques et sera décidé par l'ensemble de la coalition avant sa mise en oeuvre", écrit le G7 dans un communiqué.

Concrètement, la Russie vendrait son pétrole à ces pays à un prix inférieur à celui auquel elle le cède aujourd'hui, mais qui resterait supérieur au prix de production, afin qu'elle ait un intérêt économique à continuer à leur en vendre, et ainsi qu'elle ne coupe pas ses livraisons.

Le sommet du G20, réuni à Bali les 15 et 16 novembre, devrait constituer un rendez-vous crucial de la mise en œuvre de cette coalition.

Avec AFP