Guerre en Ukraine : la situation au 21 octobre, cartes à l'appui

Access to the comments Discussion
Par sasha vakulina
Sasha Vakulina, journaliste
Sasha Vakulina, journaliste   -  Tous droits réservés  Cleared

Les responsables russes continuent d'accuser les forces ukrainiennes d'avoir bombardé la centrale hydroélectrique de Kakhovka et ont largement diffusé des graphiques décrivant la trajectoire de l'inondation en cas de rupture du barrage.

Les responsables ukrainiens affirment que ce sont les Russes qui bombardé le barrage de la centrale hydroélectrique, mettant en garde contre des conséquences dévastatrices.

Le barrage est sous occupation russe, mais les forces ukrainiennes s'en rapprochent.

Selon le président ukrainien Volodymy Zelensky la centrale hydroélectrique de Kakhovka contient plus de 18 millions de mètres cubes d'eau, ce qui provoquerait l'inondation massive et rapide de plus de 80 localités le long de la rivière Dnipro, y compris la ville de Kherson.

Alors que la population de Kherson comptait plus de 300 000 personnes avant la guerre, il n'en reste qu'environ 100 000.

Volodymy Zelensky a déclaré que si le barrage était détruit, il pourrait anéantir l'approvisionnement en eau d'une grande partie du sud du pays et priver d'eau de refroidissement la plus grande centrale nucléaire d'Europe, située à Zaporijjia.

Le dirigeant ukrainien a également déclaré que si le barrage était détruit, le canal de Crimée du Nord "disparaîtrait tout simplement".

Ce canal fournit à la Crimée annexée par la Russie 85 % de son approvisionnement en eau.

L'Institut d'étude de la guerre a réaffirmé que, selon son évaluation, la Russie continue probablement à préparer une attaque contre la centrale hydroélectrique de Kakhovka.

les forces russes pourraient faire sauter le barrage après s'être retirées de la zone occidentale de Kherson et accuseront les forces ukrainiennes d'avoir inondé le fleuve Dnipro et les localités environnantes, en partie pour tenter de couvrir leur retraite dans la région orientale de Kherson.

La poursuite des préparatifs russes en vue d'une attaque contre la centrale hydroélectrique de Kakhovka serait également destinée à détourner l'attention des rapports sur les pertes russes dans la région de Kherson.