France : des militants dénoncent la pollution aux perfluorés

Activistes écologique du mouvement Extinction Rebellion sur le site d'Arkema, à Pierre-Bénite, samedi 17 décembre 2022.
Activistes écologique du mouvement Extinction Rebellion sur le site d'Arkema, à Pierre-Bénite, samedi 17 décembre 2022. Tous droits réservés Euronews
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des activistes écologiques du mouvement Extinction Rebellion se sont introduits sur le site du groupe chimique Arkema, pour dénoncer une "pollution de l'environnement".

PUBLICITÉ

Des militants d'Extinction Rebellion (ER) ont pénétré samedi sur le site d'Arkema à Pierre-Bénite (Rhône) pour dénoncer une "pollution de l'environnement", et mené une autre action dans un bâtiment public à Lyon, a-t-on appris auprès de l'organisation et de la préfecture qui a fait état de 20 interpellations.

Un porte-parole d'ER a indiqué à l'AFP que les militants, revêtus de combinaisons blanches, avaient coupé le grillage avant de pénétrer sur le site d'Arkema, situé dans ce qui est connu comme "la vallée de la chimie".

Ils ont déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "Eau contaminée, Arkema déverse ses déchets dans le Rhône", "Arkema pollue nos rivières, nos terres, nos mères" ou "Arkema producteur de polluants éternels depuis 1960", selon des photos envoyées à l'AFP par ER.

ER exige l'arrêt total de la production de polluants éternels, des rejets d'eau usagée dans le Rhône, la dépollution complète du site et de ses alentours au frais d'Arkema, et le "dédommagement des victimes des pollutions d'Arkema".

Contactée par l'AFP, la direction d'Arkema n'avait pas commenté cette action dans l'immédiat.

Dans un communiqué, la préfecture du Rhône a expliqué de son côté que des militants d'ER avaient "procédé à des opérations coordonnées à l'encontre d'un bâtiment de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement, à Lyon, et des locaux de l'usine Arkema à Pierre-Bénite".

"Le préfet du Rhône condamne fermement ces actions et salue l'intervention rapide des forces de l'ordre pour (y) mettre un terme" et "limiter les dégradations", a ajouté la préfecture.

"Aucune violation de l'intégrité des installations sensibles n'a été constatée par l'entreprise Arkema", a-t-elle précisé.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Fehmarn Belt : les avantages du plus long tunnel immergé justifient-ils son impact environnemental ?

Incendie mortel à Grasse, dans le sud-est de la France

Effondrement d'un immeuble à Paris : une personne encore recherchée, six blessés graves (parquet)