Rétrospective 2022 : trois mois de contestations en Iran

Manifestation organisée à Bruxelles en soutien au peuple iranien - 01.10.2022
Manifestation organisée à Bruxelles en soutien au peuple iranien - 01.10.2022 Tous droits réservés VALERIA MONGELLI/AFP or licensors
Tous droits réservés VALERIA MONGELLI/AFP or licensors
Par Euronews & Valentine Hullin
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

🇮🇷 Son visage a fait le tour du monde. Son histoire a secoué un pays. La mort de Masha Amini, une iranienne de 22 ans a déclenché une vague de protestation sans précédent en Iran. Retour sur trois mois de révolte.

PUBLICITÉ

Son visage a fait le tour du monde. Son histoire a secoué un pays. La mort de Masha Amini, une iranienne d'origine kurde de 22 ans a déclenché une vague de protestation sans précédent en Iran. Retour en mots et en images sur trois mois de contestations.

La police des mœurs avait arrêté la jeune femme, le 16 septembre dernier, au motif d'un hijab mal porté. Elle est décédée au troisième jour de sa détention. Pour sa famille, il ne fait aucun doute, elle a succombée à des violences répétées. Le gouvernement, lui, réfute cette version et maintient qu'elle était malade.

Echauffés par des décennies de répression, des milliers d'iraniens et d'iraniennes, toutes générations confondues, sont descendues dans la rue pour manifester leur colère. 

Le mouvement que certains qualifient de révolutionnaire réclame une plus grande égalité entre hommes et femmes, ainsi qu'un changement politique radical. 

De son côté, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a pris parti pour les forces de sécurité. Ils accusent aussi les Etats-Unis et Israël, ennemis jurés de l'Iran, d'avoir orchestré le soulèvement.

Censure

L'accès aux réseaux sociaux, outils de lutte essentiel pour les jeunes manifestants, est en grande partie bloqué. Instagram et WA ont été interdits. Twitter et Youtube l'étaient déjà depuis des années. Malgré tout, des images parviennent parfois à fuiter et à être diffusées.

Le pouvoir recommande l'utilisation de systèmes de messagerie locaaux tels que Rubica, Mais beaucoup refusent de les utiliser soupçonnant un contrôle de l'Etat.

Soutien international

En octobre, une cinquantaine d'actrices françaises, parmi lesquelles Juliette Binoche, Marion Cotillard ou encore Isabelle Huppert ont sorti leurs paire de ciseaux pour se couper une mèche de cheveux, en soutien au peuple iraniens. La répression avait alors déjà fait près de 100 morts.

L'avant veille, l'eurodéputée suédoise Abir Al-Sahlaniavait aussi créé la surprise en plein débat au Parlement en reproduisant l'initiative. Dans les jours qui suivirent, des centaines d'anonymes imitaient le geste au cri de "femme, vie, liberté".

Autre symbole fort, cette chanson écrite à partir de tweet par l'artiste Shervin Hajipour, depuis réduit au silence. La mélodie est devenue en quelques jours l’hymne du soulèvement iranien et une ode à la liberté.

Ainsi, plus de trois mois après la mort de Masha Amini, la contestation se poursuit en Iran, et ce malgré la volonté acharnée du régime des mollahs de l'étouffer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Caricatures de Charlie Hebdo : protestations près de l’ambassade de France à Téhéran

Iran : deux nouvelles exécutions en lien avec les manifestations

En Géorgie, une procession pour la pureté de la famille en réaction à la journée contre l'homophobie