A Budapest, le président croate dénonce l'attitude "irritante" de l'UE

Le président croate, Zoran Milanovic, en visite en Hongrie le 20/01/2023
Le président croate, Zoran Milanovic, en visite en Hongrie le 20/01/2023 Tous droits réservés AP Photo
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Lors d'une visite en Hongrie, Zoran Milanovic a critiqué la décision de l'Union européenne de pénaliser financièrement le gouvernement de Victor Orban en raison de ses dérives antidémocratiques..

La Croatie affiche son soutien à son voisin hongrois et dénonce l'attitude de Bruxelles.

PUBLICITÉ

Lors d'une visite à Budapest ce vendredi, le président croate Zoran Milanovic a critiqué la décision de l'Union européenne de pénaliser financièrement le gouvernement de Victor Orban en raison de ses dérives antidémocratiques. Il s'est exprimé lors d'une conférence de presse aux côtés de son homologue hongroise, Katalin Novak.

Une approche "profondément irritante"

"Ce type d'approche est profondément irritant. Aujourd'hui, c'est la Hongrie, demain ce sera un pays plus grand - à qui on voudra "donner une leçon". Hier, c'était la Pologne. Je ne suis pas proche d'eux politiquement, mais aujourd'hui, la Pologne est considérée comme super à cause de sa relation avec l'Ukraine. Demain, ils seront à nouveau pointé du doigt", a-t-il déclaré.

Le président croate a ajouté que les sanctions financières prises par Bruxelles risquaient de détruire le bloc des 27. Lors de la rencontre, la présidente hongroise s'est elle félicitée de l'entrée de la Croatie dans l'espace Schengen le 1er janvier dernier.

Zoran Milanovic multiplie également les critiques contre les politiques occidentales vis-à-vis des Balkans et de la Russie. Ces derniers mois, il s'est ainsi ouvertement opposé à l'admission de la Finlande et de la Suède dans l'OTAN, ainsi qu'à la formation de troupes ukrainiennes en Croatie dans le cadre de l'aide de l'UE à ce pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hongrie : l'opposition appelle à des élections anticipées en cas de victoire aux européennes

Péter Magyar, le nouveau rival de Viktor Orban a rassemblé des dizaines de milliers de partisans

Les chiens comprennent quand on leur parle, selon une étude