PUBLICITÉ

Séismes en Turquie et en Syrie : le bilan dépasse les 12 000 morts

Secouristes en action à Elbistan, Kahramanmaras, dans le sud de la Turquie, mardi 7 février 2023.
Secouristes en action à Elbistan, Kahramanmaras, dans le sud de la Turquie, mardi 7 février 2023. Tous droits réservés Ismsail Coskun/IHA
Tous droits réservés Ismsail Coskun/IHA
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les séismes qui ont frappé la Turquie et la Syrie ont déjà fait plus de 11 200 morts, selon le dernier bilan provisoire établi ce mercredi matin.

PUBLICITÉ

Le bilan des séismes qui ont frappé la Turquie et la Syrie ne cesse de s’alourdir. Il est désormais d'au moins 12 000 morts, selon les derniers chiffres officiels établis ce mercredi.

Dans un froid glacial, les sauveteurs continuent de mener une course contre la montre pour tenter d’ extirper des rescapés des décombres.

Si l’aide internationale s’intensifie, l’accès aux zones touchées par les tremblements de terre est entravé par des routes endommagées et saturées de véhicules.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré l'état d'urgence pour trois mois dans dix provinces sinistrées, afin de faciliter la gestion de l'intervention d'urgence.

"Je voudrais rappeler (au grand public) que personne ne doit emprunter les routes menant à la zone sismique et à l'intérieur de celle-ci, sauf si c'est obligatoire, a-t-il déclaré.Et que les appels téléphoniques ne doivent pas être passés, sauf en cas de besoin urgent."

Aide au compte-gouttes en Syrie

En Syrie, l’aide internationale et la logistique sont rendues compliquées par onze années de guerre et par les sanctions contre le régime de Bachar al-Assad.

Selon les Casques blancs, volontaires de la protection civile syrienne, le bilan qui dépasse déjà les 2 000 morts devrait considérablement grimper, notamment dans les zones rebelles, où des centaines de personnes restent piégées sous les décombres.

L’appel à l’aide lancé par Damas a pour l’instant surtout été entendu par son allié russe. Washington a de son côté indiqué travailler avec des ONG locales.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Séismes en Turquie : l'UE active son "mécanisme de protection civile"

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux