EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Lettonie, l'espoir pour les journalistes russes de retrouver la liberté d'expression

La plupart des journalistes de la presse libre en Russie se sont réfugiés à Riga.
La plupart des journalistes de la presse libre en Russie se sont réfugiés à Riga. Tous droits réservés Jolanta Liepina / Euronews
Tous droits réservés Jolanta Liepina / Euronews
Par Janis Laizans
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Exilés en Lettonie après le début de la guerre en Ukraine, des médias libres russes s'efforcent à fournir des informations indépendantes à des millions de Russes soumis à la propagande du Kremlin.

PUBLICITÉ

La répression de la presse libre par les autorités russes dure depuis de nombreuses années, mais elle est devenue encore plus brutale après l'invasion de l'Ukraine. 

En effet, selon la législation russe, toute personne qui ose qualifier "l'opération spéciale en Ukraine" de "guerre" s'expose à des poursuites pénales.

"Au début du mois de mars, dans les premiers jours après l'introduction de la censure militaire, la police est venue chez nous", dit Denis Kamaliagin le rédacteur en chef de Pskovskaya Gubernia. 

"Les forces spéciales russes sont venues avec des armes et ont fait peur à tous les stagiaires qui étaient à ce moment-là dans la rédaction. Ils ont menacé de les envoyer sur le front, les stagiaires sont jeunes, en âge d'aller à l'armée", poursuit Denis Kamaliagin. 

Denis Kamaliagin poursuit son action au sein du Media Hub basé à Riga. Depuis le début de la guerre, cette structure a fourni une assistance à plus de 500 professionnels des médias originaires d'Ukraine, du Bélarus, mais surtout de Russie.

Riga, porte de secours pour les journalistes travaillant en Russie

Exilés en Lettonie après le début de la guerre en Ukraine, des médias libres russes s'efforcent de fournir des informations indépendantes à des millions de Russes soumis à la propagande du Kremlin.

Dès les premiers mois de la guerre, le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkēvičs, a invité les journalistes travaillant en Russie à s'installer à Riga.

Les services russes de Deutsche Welle et de la BBC, le Washington Post et d'autres ont également ouvert des bureaux en Lettonie. Les principaux médias d'opposition russes comme Meduza, Novaya Gazeta, la télévision Current Times et Radio Free Europe/Radio Liberty sont aussi désormais installés à Riga.

_"Nous voyons Riga comme un lieu stratégique d'où nous pouvons entendre ce que pensent les Russes, y compris ceux qui sont en exil. Nous avons toujours accès à certains de nos journalistes et collègues qui continuent à travailler sous la menace de la Russie. Et nous ciblons également les publics russophones en Russie, dans les anciennes républiques soviétiques, mais aussi dans l'Union européenne",_ explique Elmārs Svekis, président du bureau Radio free Europe/Radio liberty

Combat contre la propagande russe

Le "fact-checking" et le journalisme d'investigation sont devenus des activités vitales pour contrer la propagande russe. Les journalistes utilisent des outils de communication anonymes et les réseaux sociaux pour entrer en contact avec leurs collègues et sources en Russie.

"Les voix provenant de Russie sont entendues. Et il est très important qu'elles soient entendues. Et, bien sûr, nous pouvons devenir la voix des personnes qui sont restées en Russie, et qui ne sont pas d'accord avec ce qui se passe", dit Timofey Rozhanskiy, journaliste en exil.

Des audiences records pour les médias indépendants

Bien que la Russie restreigne activement l'accès aux médias indépendants et menace ceux qui consultent ces publications, les journalistes sont convaincus que le contenu qu'ils produisent touche une large audience de millions de personnes en Russie.

"L'année dernière, notamment au début de la guerre et au moment de l'annonce de la mobilisation en septembre 2022, les médias indépendants ont enregistré des audiences record. Les gens voulaient ardemment comprendre et savoir ce qui se passait réellement", dit Kirill Martynov, rédacteur en chef de Novaya Gazeta Europe.

De nombreux journalistes ont quitté la Russie pour Riga en urgence, considérant ce déménagement comme une solution temporaire. Néanmoins, ils sont déjà conscients que cette solution temporaire pourrait s'avérer être une installation plus permanente.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où, en Europe, la liberté des médias est-elle la plus faible ?

Lettonie : des voitures de conducteurs ivres partent en Ukraine

La Russie a-t-elle les moyens de mener une offensive d'importance en Ukraine ?