OTAN : la Turquie annonce la reprise des négociations avec la Suède et la Finlande

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu Tous droits réservés AP Photo/Pavel Golovkin
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les négociations en vue de l'adhésion à l'OTAN des deux pays nordiques reprendront le 9 mars, a annoncé ce lundi le ministre turc des Affaires étrangères.

PUBLICITÉ

Les négociations entre la Turquie, la Suède et de la Finlande en vue de l'adhésion à l'OTAN des deux pays nordiques reprendront le 9 mars, a annoncé lundi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu.

"La réunion se tiendra le 9 mars", a déclaré M. Çavuşoğlu lors d'une conférence de presse à Ankara, suggérant que cette rencontre pourrait avoir lieu à Bruxelles, où siège l'Alliance atlantique.

La Turquie avait mis un coup d'arrêt fin janvier aux négociations en reportant une réunion tripartite, initialement prévue pour février, après plusieurs manifestations antiturques et contre l'islam à Stockholm.

En visite mi-février à Ankara, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg avait appelé à intégrer "maintenant" la Finlande et la Suède, dont les candidatures à l'Alliance atlantique sont bloquées depuis mai dernier par Ankara.

Tout en reconnaissant certaines avancées dans les négociations, le chef de la diplomatie turque a toutefois estimé lundi qu'"aucune mesure satisfaisante n'avait été prise par la Suède".

"Sans ces avancées, il nous est impossible de dire oui à l'adhésion de la Suède à l'Otan", a déclaré M. Çavuşoğlu, qui s'exprimait aux côtés de son homologue hongrois Peter Szijjarto.

La Turquie reproche entre autres à la Suède d'héberger des militants et des sympathisants kurdes qu'elle qualifie de "terroristes", notamment ceux du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a suggéré début février que le Parlement turc pourrait ratifier l'adhésion de la Finlande sans celle, déposée conjointement, de la Suède.

Les dirigeants des 30 pays membres de l'Otan ont pris la décision d'inviter la Suède et la Finlande à rejoindre l'Alliance lors d'un sommet à Madrid en juin dernier.

Trente pays ont signé les protocoles d'adhésion et 28 les ont ratifiés.

Seules la Turquie et la Hongrie n'ont pas encore ratifié leur accord, mais le Parlement hongrois doit se prononcer début mars.

La décision en janvier des autorités suédoises d'autoriser une manifestation devant l'ambassade de Turquie à Stockholm, au cours de laquelle un Coran a été brûlé, avait provoqué l'ire d'Ankara.

À la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022, la Finlande et la Suède ont présenté une candidature commune en vue d'intégrer l'Alliance atlantique, abandonnant des décennies de non-alignement militaire.

Il y a moins de deux semaines, le secrétaire général de l'OTAN était à Ankara. Jens Stoltenberg a une nouvelle fois insisté auprès des autorités turques sur l'importance de l'intégration de la Finlande et de la Suède dans l'Alliance atlantique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Turquie : les dissidents installés en Allemagne attendent les élections

OTAN : la Finlande est prête à abandonner sa neutralité militaire

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux