Ukraine : oublier la guerre dans la station de ski de Bukovel

Bukovel, Ukraine.
Bukovel, Ukraine. Tous droits réservés ATTILA KISBENEDEK/AFP or licensors
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

⛷️ Loin du front de la guerre, rien ne rompt le calme de Bukovel, la plus grande station de ski de l'ouest ukrainien, à l'abri des bombes.

PUBLICITÉ

Loin du front de la guerre, rien ne rompt le calme de Bukovel, la plus grande station de ski de l'ouest ukrainien.

Depuis le début de l’invasion russe, ce lieu à l’abri des bombes et ses 75 kilomètres de pistes sont devenus un refuge pour beaucoup d’habitants. Tiana, en visite à Bukovel depuis Vinnytsia, est venue trouver une échappatoire ici : "je ne veux pas m'inquiéter pour mon enfant et je le souhaite aussi pour tous le monde".

Un hôtel transformé en lieu d'accueil pour les réfugiés

Baza Smart, l'un des hôtels de la station de ski, a un rôle particulier depuis le début de la guerre. Quand l'invasion a éclaté, la directrice de l'hôtel Natalia Havrylenko a transformé le hall du bâtiment en espace de travail pour des entreprises. 

L'hôtel est également devenu un lieu d'accueil pour les réfugiés Ukrainiens et les soldats blessés. "Pendant la période où beaucoup d'hôtels ont dû fermer, nous avons voulu être utiles à notre pays et à la société. C'est pour cela que nous avons décidé d'accueillir des réfugiés en provenance de zones de guerre", explique Natalia Havrylenko.

ATTILA KISBENEDEK/AFP or licensors
Bukovel, Ukraine.ATTILA KISBENEDEK/AFP or licensors

Une station fréquentée par un public restreint

Depuis l'année dernière, les touristes étrangers ont disparu à Bukovel. 

La plupart des skieurs sont des femmes, des enfants et parfois des hommes ukrainiens, trop jeunes ou trop âgés pour intégrer l’armée.

Seules quelques remontées mécaniques fonctionnent dans cette vaste station de ski. Mais cette activité hivernale permet à beaucoup d’oublier la guerre en cours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Critiqué par Wagner, le ministre russe de la Défense se rend dans la zone du conflit en Ukraine

Des armes lourdes pour l'Ukraine : qui donne quoi ?

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe