PUBLICITÉ

Les diamants de Leonardo DiCaprio pour redonner vie à un village de "l'Espagne vide"

Leonardo Dicaprio est fier d'investir dans Diamond Foundry et de produire des diamants de manière durable.
Leonardo Dicaprio est fier d'investir dans Diamond Foundry et de produire des diamants de manière durable. Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Depuis qu'il a travaillé sur le film "Blood Diamond", Leonardo DiCaprio a investi dans Diamond Foundry et s'est impliqué dans la production durable des diamants.

PUBLICITÉ

L'apparition de quelques grues sur un terrain vague ont suscité un engouement sans précédent à Trujillo, une petite ville de l'ouest de l'Espagne.

Rien ne sera terminé avant 2024, mais les habitants observent déjà avec curiosité les travailleurs du chantier.

Nombre d'entre eux n'arrivent tout simplement pas à croire que de nouveaux projets voient le jour ici, en Estrémadure, au cœur de "l'Espagne vide".

"Combien de choses nous ont été promises ces dernières années et n'ont pas été réalisées ?" demande José Antonio Redondo, maire de Trujillo.

"Le projet a suscité beaucoup d'enthousiasme et va revitaliser la ville", explique-t-il à Euronews.

Ce qui est aujourd'hui encore un chantier de construction accueillera bientôt une usine de diamants synthétiques gérée par Diamond Foundry.

L'entreprise nord-américaine, qui compte Leonardo DiCaprio parmi ses investisseurs et conseillers, a redonné de l'espoir à cette ville située dans ce que l'on appelle "l'Espagne vide", en raison du dépeuplement rapide de ces dernières décennies.

Bien qu'elle soit connue comme "la plus belle ville" de la région de Cáceres, Trujillo voit de plus en plus de panneaux "à louer" sur ses balcons et de locaux abandonnés.

Dans les années 1950, cette municipalité comptait plus de 14 000 habitants. Au fil des ans, sa population a diminué et elle est aujourd'hui inférieure à 9 000 habitants, selon l'Institut national des statistiques d'Espagne (INE).

"Il est impossible de maintenir la population dans ces zones en comptant uniquement sur l'industrie hôtelière et le secteur agricole", explique M. Redondo.

Municipalité de Trujillo
Plaza Mayor dans la ville de Trujillo, EspagneMunicipalité de Trujillo

Créer des "diamants du soleil"

Le soleil et la qualité de la pierre locale ont convaincu l'entreprise nord-américaine d'investir à Trujillo.

L'idée est de produire des diamants synthétiques pour différents usages : certains pour la bijouterie et d'autres pour l'industrie.

Ces pierres peuvent être utilisées pour produire des puces de cristal de diamant aux propriétés semi-conductrices utilisées pour la fabrication de téléphones portables et de batteries de voitures.

La production est 100 % hydroélectrique. Et alors qu'il faut des milliers d'années pour extraire de vrais diamants d'un gisement, les diamants synthétiques peuvent être produits en une semaine grâce à l'énergie solaire.

Lors des négociations, d'autres pays comme la Chine et les Émirats arabes unis ont été envisagés, mais le village espagnol a finalement été choisi.

Deux arguments ont aidé l'entreprise de Leonardo DiCaprio à faire son choix : le prix raisonnable de l'énergie renouvelable et la certitude que l'Espagne est un marché stable.

"Les gens sont très heureux"

Lorsqu'elle fonctionnera à plein régime, l'usine créera jusqu'à 1 000 emplois, une bouée de sauvetage pour ce village de 9 000 habitants.

À l'heure actuelle, le taux de chômage est "un peu supérieur à la moyenne", il dépasse les 10 %, selon le maire.

PUBLICITÉ

"Nous pensons tous que c'est une bonne chose que l'usine soit construite. Il y a de moins en moins de gens à Trujillo et les options pour les jeunes sont soit de travailler dans la restauration, soit dans la construction, donc ils sont obligés de quitter la ville", a déclaré Isidro, habitant de Trujillo, à Euronews.

Pour María Esther, propriétaire d'un magasin de vêtements dans le village, les perspectives sont bonnes. "Les gens sont très heureux, ils attendent que l'usine soit prête pour voir ce qui va se passer", dit-elle.

L'investissement initial s'élève à 245 millions d'euros, dont 120 millions ont été attribués à Diamond Foundry par le Fonds de soutien à l'investissement industriel productif, qui relève du ministère espagnol de l'industrie, afin d'encourager les projets régionaux.

Diamond Foundry s'est engagée à investir au total 670 millions d'euros dans le projet de Trujillo.

Evan Agostini/2021 Invision
Leonardo DiCaprio assiste à la première mondiale de "Don't Look Up" au Jazz at Lincoln Center le dimanche 5 décembre 2021 à New York.Evan Agostini/2021 Invision

Lutter contre la dépopulation

Les négociations pour obtenir la construction de l'usine à Trujillo ont été ardues.

PUBLICITÉ

Plus de deux ans se sont écoulés depuis les premiers contacts entre les autorités régionales et l'entreprise nord-américaine.

"Les négociations ont été épuisantes, nous avons dû surmonter d'énormes obstacles. Nous avons toujours senti l'épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, nous avions peur que le projet ne s'effondre à tout moment", explique le maire de Trujillo.

Maintenant que l'accord a été conclu et que la construction est en cours, la ville se réjouit de l'activité économique qu'elle va générer.

"C'est une grande opportunité. Toutes les entreprises satellites qui seront créées en raison des besoins de l'usine pourront fournir des emplois aux diplômés de l'université. Nous avons déjà pris contact avec l'université de notre région pour que ceux qui terminent leurs études puissent venir ici", explique le maire.

L'idée que Leonardo DiCaprio soit à l'origine du projet suscite également un intérêt touristique. Les habitants de la ville se demandent si l'acteur visitera l'usine à un moment ou à un autre.

PUBLICITÉ

Ecologiste convaincu, l'acteur s'est impliqué dans le projet après avoir tourné le film "Blood Diamond", dans lequel l'un des personnages principaux est réduit en esclavage pour travailler dans les mines de diamants.

Le film, qui se déroule pendant la guerre civile en Sierra Leone en 1999, montre un pays déchiré par la guerre. Les forces rebelles utilisent les diamants pour financer leur effort de guerre.

Depuis qu'il a travaillé sur le film, Leonardo DiCaprio a investi dans Diamond Foundry et s'est impliqué dans la production durable des diamants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Cinq Etats membres de l'UE réclament des sanctions contre Gazprombank et les diamants russes

"La paix a beaucoup plus de valeur que les diamants"

Ruée vers un village d'Afrique du Sud, en quête de diamants : de la pure illusion !