PUBLICITÉ

Grèce : après la catastrophe ferroviaire, le Premier ministre annonce des élections en mai

Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis
Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis Tous droits réservés Petros Giannakouris - AP
Tous droits réservés Petros Giannakouris - AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon de nombreux médias, le gouvernement avait initialement prévu de convoquer des élections en avril mais la collision frontale de deux trains, le pire accident ferroviaire que le pays ait connu, a choqué la Grèce et contraint le gouvernement à revoir ses plans.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a annoncé mardi soir, trois semaines après une catastrophe ferroviaire qui a levé des foules contre son gouvernement, que les élections générales se tiendraient en mai, sans en préciser la date exacte.

"Je peux vous dire avec certitude que les élections auront lieu en mai", a affirmé le chef du parti conservateur Nouvelle-Démocratie dans un entretien à la chaîne de télévision privée Alpha, alors que la collision de trains qui a fait 57 morts le 28 février a suscité une vague de colère dans le pays avec des dizaines de milliers de personnes dans les rues.

Le mandat du gouvernement conservateur, au pouvoir depuis presque quatre ans, expire début juillet, selon la Constitution.

Selon de nombreux médias, le gouvernement avait initialement prévu de convoquer des élections en avril mais la collision frontale de deux trains, le pire accident ferroviaire que le pays ait connu, a choqué la Grèce et contraint le gouvernement à revoir ses plans.

L'accident a été attribué principalement au chef de gare de service ce soir-là. Il a été inculpé et placé en détention provisoire.

Mais experts et médias ont pointé du doigt les responsabilités du gouvernement de Kyriakos Mitsotakis qui n'a pas su pendant quatre ans faire face aux défaillances chroniques des chemins de fer.

Etrillé pour sa gestion jugée calamiteuse de cette collision, le Premier ministre a promis "la transparence absolue" dans l'enquête judiciaire.

La Grèce était déjà entrée en période pré-électorale lors de l'éclatement d'un scandale d'écoutes téléphoniques l'été dernier, qui a porté un coup sérieux au gouvernement.

L'opposition de gauche ne cessait depuis de réclamer la démission du gouvernement et des élections anticipées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Grèce démantèle un "réseau terroriste" ciblant les juifs, Israël accuse l'Iran

Les conservateurs modérés grecs en passe de remporter les élections européennes

"Ce que nous avons accompli en Europe est unique à l'échelle de l'Histoire", selon M.Mitsotakis