EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Grèce : nouvelles manifestations après l'accident de train

Manifestation à Athènes, en Grèce, dimanche 12 mars 2023.
Manifestation à Athènes, en Grèce, dimanche 12 mars 2023. Tous droits réservés Yorgos Karahalis/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Yorgos Karahalis/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des milliers de personnes ont de nouveau manifesté ce dimanche en Grèce, près de deux semaines après l'accident de train le plus meurtrier qu'ait connu le pays.

PUBLICITÉ

Des milliers de personnes ont manifesté dimanche en Grèce à la suite de l'accident de train le plus meurtrier qu'ait connu le pays, accentuant la pression sur le gouvernement.

A l'appel de plusieurs syndicats et partis politiques, quelque 12 000 manifestants se sont rassemblés à Athènes et 5 000 sont descendus dans les rues de Thessalonique, la deuxième ville du pays, selon le décompte de la police.

Dans la capitale, les manifestants ont occupé la place Syntagma, à proximité du Parlement, avec des banderoles où était écrit : "Nous n'oublierons pas, nous ne pardonnerons pas" et "Nous serons les voix de tous les morts".

La collision entre deux trains survenue le 28 février à Tempé, à 350 km au nord d'Athènes, a coûté la vie à 57 personnes.

"C'est la colère et la rage qui m'ont fait venir ici", a déclaré à l'AFP Markella, une personne de 65 ans vivant à Athènes et qui n'a pas souhaité donner son nom.

"Nous sommes désespérés. On ne sait pas quoi dire, quoi faire, tout ce qu'on peut faire, c'est participer à la manifestation", a dit de son côté Alexandros, 26 ans, sous couvert lui aussi d'anonymat.

La police a fait état dans un communiqué d'un "incident isolé", "un petit groupe" qui a "jeté des billes, des pierres et d'autres objets" sur des agents, sans faire de blessés. Dix personnes ont été arrêtées.

Quatre responsables des chemins de fer sont poursuivis à la suite de l'accident, qui a mis en lumière les problèmes chroniques du réseau ferroviaire grec.

L'accident, qui a touché surtout des jeunes, a suscité des manifestations massives contre le gouvernement conservateur alors que se profilent des élections générales.

La plus grosse manifestation s'est déroulée mercredi, avec 65 000 personnes dans les rues pour réclamer des comptes au Premier ministre Kyriakos Mitsotakis.

Sa démission a été réclamée par des protestataires. Il avait été critiqué pour avoir initialement pointé une "erreur humaine" due à un chef de gare, l'un des quatre employés poursuivis.

Mais les syndicats ont depuis longtemps alerté sur le manque de personnel dans les chemins de fer et les retards pris dans la modernisation des systèmes de sécurité.

Le ministre grec des Transports a démissionné après l'accident et M. Mitsotakis a cherché à apaiser la colère de l'opinion publique en présentant des excuses répétées et en promettant une enquête transparente.

Depuis des semaines, la presse grecque bruisse de rumeurs sur la date du scrutin, le 9 avril étant jusqu'ici le plus souvent retenu par les observateurs. Mais la plupart des analystes estiment désormais que les élections devraient se tenir plus tard, peut-être fin mai.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les chefs de partis grecs débattent à l'approche des élections

Accident de train en Grèce : un inspecteur des chemins de fer en détention provisoire

Grèce : hommages et colère après l'accident ferroviaire qui a fait 57 morts