L'armée chinoise simule des frappes contre à Taïwan

Exercice militaire de l'armée chinoise
Exercice militaire de l'armée chinoise Tous droits réservés AP/CCTV
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Chine a simulé des frappes contre des "cibles-clés" à Taïwan dans le cadre d'un exercice militaire de trois jours présenté comme "un avertissement" aux autorités taïwanaises.

PUBLICITÉ

La Chine a simulé des frappes contre des "cibles-clés" à Taïwan dimanche, au deuxième jour d'un exercice "d'encerclement total" programmé jusqu'à lundi et présenté par Pékin comme un "sérieux avertissement" aux autorités de l'île après la rencontre de sa présidente avec un haut responsable américain.

Baptisée "Joint Sword", l'opération a été vivement dénoncée par Taïwan et les Etats-Unis ont appelé Pékin à la "retenue", assurant garder "ouverts" ses canaux de communication avec la Chine.

Ces manœuvres ont été lancées après la rencontre mercredi en Californie de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen avec le Speaker de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, à laquelle Pékin avait promis de réagir avec des mesures "ferme  s et énergiques".

Elles visent à établir les capacités chinoises à "prendre le contrôle de la mer, de l'espace aérien et de l'information (...) afin de créer une dissuasion et un encerclement total" de Taïwan, a affirmé samedi la télévision d'Etat chinoise.

Neuf navires et 58 avions

Dimanche, le ministère de la Défense taïwanais a détecté neuf navires de guerre et 58 avions chinois autour de l'île, après avoir repéré autant de bateaux et 71 aéronefs la veille.

Il a affirmé suivre les mouvements de l'armée chinoise grâce à un "système de renseignement et de reconnaissance conjoint", précisant que des avions de combat et des bombardiers figuraient parmi les appareils volants détectés jusqu'à midi heure locale (04H00 GMT).

Egalement dimanche, l**'armée chinoise a simulé des "frappes de précision" contre des "cibles-clés sur l'île de Taïwan** et dans les eaux environnantes", impliquant des dizaines d'avions et des troupes au sol, selon la télévision d'Etat.

Des exercices à tirs réels se tiendront lundi dans le détroit de Taïwan à proximité des côtes du Fujian (est), la province qui fait face à l'île, ont par ailleurs indiqué les autorités maritimes chinoises locales.

Que se passe-t-il ?

La Chine a déployé des navires, des avions de chasse et des missiles autour de Taïwan afin d'envoyer un "sérieux avertissement contre la collusion entre les forces séparatistes recherchant +l'indépendance de Taïwan+ et les forces extérieures", a averti un porte-parole de l'armée, Shi Yi.

Les manoeuvres comprennent notamment des patrouilles et des "simulations de frappes de précision conjointes contre des cibles-clés" dans le but de "créer une dissuasion et un encerclement total" de Taïwan, selon la télévision d'Etat chinoise CCTV.

Des "dizaines" d'avions de combat J-18 et J-10C ont été mobilisés pour l'opération aux côtés d'aéronefs anti-sous-marins.

Pékin a aussi déployé ses systèmes de lance-roquettes PHL-191 et ses missiles terrestres anti-navires YJ-12B, a rapporté le journal chinois Global Times.

Samedi, le ministère de la Défense taïwanais avait détecté neuf navires de guerre et 71 avions autour de l'île, pour autant de bateaux et 58 avions dimanche.

Que veut la Chine ?

La Chine considère Taïwan (23 millions d'habitants) comme une province qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

Pékin s'oppose à tout contact officiel entre Taipei et les gouvernements étrangers en vertu de son "principe d'une seule Chine". Cela inclut la rencontre de mercredi en Californie entre la dirigeante taïwanaise Tsai Ing-wen et le président de la Chambre des représentants américaine, Kevin McCarthy.

Pékin avait promis de réagir avec des mesures "fermes et énergiques".

Les manœuvres militaires chinoises s'inscrivent dans le cadre d'une campagne plus large de "pression contre Taïwan", explique à l'AFP Ja Ian Chong, professeur de sciences politiques associé à l'université nationale de Singapour.

Pour lui, ces "rencontres de haut niveau permettent à Pékin de rejeter la faute sur Taipei, Washington, ou autres". 

PUBLICITÉ

Pourquoi maintenant ?

La Chine a attendu le retour de Mme Tsai à Taïwan pour donner le coup d'envoi de "Joint Sword".

James Char, expert de l'armée chinoise à l'université de technologie Nanyang à Singapour, relève que Pékin a également attendu la "fin" d'une visite d'Etat du président français Emmanuel Macron pour lancer ses exercices.

La Chine tente de "réchauffer" ses relations avec l'Europe, estime-t-il, mais une opération militaire contre Taïwan "nuirait à cette ouverture diplomatique".

Quelles autres mesures Pékin a-t-il prises ?

En représailles à la visite de Mme Tsai, Pékin a annoncé qu'il allait interdire à l'ambassadeur de facto de Taipei aux Etats-Unis, Hsiao Bi-Khim, d'entrer en Chine et l'a accusé d'"inciter délibérément à une confrontation" dans le détroit de Taïwan.

Le centre de réflexion Hudson Institute, basé à Washington, et la bibliothèque présidentielle Ronald-Reagan se sont eux vu retirer le droit de faire des affaires avec des entités chinoises. 

PUBLICITÉ

Quelles différences avec les précédentes manœuvres ?

Ces exercices rappellent ceux engagés en août 2022 en réponse à la venue sur l'île de la démocrate Nancy Pelosi qui occupait alors le poste de M. McCarthy au perchoir de la Chambre.

Pékin avait mené des exercices à tirs réels à une dizaine de kilomètres des côtes taïwanaises, au cours d'une campagne d'encerclement similaire qui avait duré une semaine. Les autorités chinoises avaient également suspendu les imports de fruits et de poissons depuis l'île.

Cette fois, la Chine a annoncé des exercices à tirs réels à proximité des côtes du Fujian (est), la province qui fait face à Taïwan. Ils sont prévus lundi.

Cependant, "Joint Sword" semble "ne pas être de la même ampleur que ce que nous avons vu durant la visite de Pelosi", dit Manoj Kewalramani, expert de la Chine à la Takshashila Institution de Bangalore.

Selon lui, la venue de l'ex-responsable américaine à Taïwan, alors que Pékin considère l'île comme une partie de son territoire, était d'un tout autre niveau comparé à la rencontre entre Tsai Ing-wen et Kevin McCarthy.

PUBLICITÉ

La situation économique après trois années de Covid et l'importance de Taïwan dans ce secteur a aussi pu jouer, selon Su Tzu-yun, expert militaire à l'Institut de recherche sur la défense et la sécurité nationales de Taïwan.

"La restauration des voies aériennes et maritimes autour de Taïwan cette année est très importante pour la reprise économique des pays voisins et de la Chine elle-même, donc les manoeuvres militaires ne devraient pas s'intensifier", déclare-t-il à l'AFP.

Les exercices de l'an dernier avaient notamment perturbé le fret maritime et le trafic aérien sur les routes commerciales majeures autour de Taïwan.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Taïwan rallonge son service militaire obligatoire face à la menace chinoise

Cinq questions pour comprendre la crise taïwanaise

Olaf Scholz en Chine pour des discussions délicates sur le commerce