Burkina : une soixantaine de civils massacrés par des hommes en tenue de l'armée

Ouagadougou le 1er mars
Ouagadougou le 1er mars Tous droits réservés AP/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une soixantaine de civils d'un village du nord du Burkina Faso ont été massacrés jeudi par des hommes en tenue de l'armée.

PUBLICITÉ

Une soixantaine de civils d'un village du nord du Burkina Faso ont été massacrés jeudi par des hommes en tenue de l'armée de ce pays pris dans la spirale de la violence depuis 2015, a annoncé dimanche le procureur de Ouahigouya (nord).

Le procureur du tribunal de grande instance de Ouahigouya, Lamine Kaboré, écrit dans un communiqué transmis à l'AFP avoir été informé par la gendarmerie de la ville "que dans le village de Karma", situé dans la province du Yatenga, "une soixantaine de personnes auraient été tuées par des personnes arborant des tenues de nos forces armées nationales".

"Des blessés ont été évacués et sont actuellement pris en charge au sein de nos structures de santé", a-t-il ajouté, précisant que "les auteurs de ces faits auraient emporté divers biens".

Le procureur indique que, "saisi de ces faits dont la gravité est avérée", il a "donné les instructions nécessaires (...) en vue de les élucider et d'interpeller toutes les personnes qui y sont impliquées".

Il a lancé "un appel à toutes les personnes qui disposeraient d'informations sur ces faits" à "en faire la dénonciation".

Selon des habitants joints par l'AFP, des rescapés ont affirmé que "plus d'une centaine de personnes à bord de motocyclettes et de pickup ont fait une descente jeudi dernier à Karma. Des dizaines d'hommes et de jeunes ont été exécutés par ces hommes vêtus de tenues militaires". Ces survivants ont évoqué un bilan "avoisinant les 80 morts".

Ce massacre est intervenu une semaine après la mort de six soldats et 34 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP, supplétifs civils de l'armée) tués lors d'une attaque de jihadistes présumés près du village d'Aorema, à une quinzaine de kilomètres de Ouahigouya.

Le village de Karma se trouve à une quarantaine de km de celui d'Aorema proche de la frontière malienne et attire de nombreux orpailleurs illégaux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un homme suspecté d'être membre actif du groupe Etat islamique arrêté en Italie

Russie : trois personnes arrêtées lors d'une opération antiterroriste au Daghestan

Attentat à Moscou : un huitième suspect placé en détention