PUBLICITÉ

Procès civil pour diffamation contre Donald Trump sur fond d'accusations de viol

Un procès au civil pour diffamation contre Donald Trump s'ouvre mardi 25 avril 2023 à New York, aux Etats-Unis.
Un procès au civil pour diffamation contre Donald Trump s'ouvre mardi 25 avril 2023 à New York, aux Etats-Unis. Tous droits réservés Seth Wenig/AP
Tous droits réservés Seth Wenig/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un procès au civil pour diffamation contre Donald Trump s'ouvre ce mardi à New York, une ancienne journaliste américaine, E. Jean Carroll, accusant l'ex-président des Etats-Unis de l'avoir violée dans les années 1990.

PUBLICITÉ

Un procès au civil pour diffamation contre Donald Trump s'ouvre ce mardi à New York, une ancienne journaliste américaine, E. Jean Carroll, accusant l'ex-président des Etats-Unis de l'avoir violée dans les années 1990.

Les débats, en l'absence quasi certaine de M. Trump, commenceront devant le tribunal civil fédéral de Manhattan une fois le jury sélectionné, lequel devra déterminer le montant des réparations à éventuellement allouer à cette ex-chroniqueuse du magazine Elle, aujourd'hui âgée de 79 ans.

C'est un cas juridique délicat - pour diffamation présumée sur fond d'allégations de viol - qui oppose depuis 2019 Mme Carroll à M. Trump, l'ex-président milliardaire, cerné par des affaires judiciaires, dont une inculpation pénale historique début avril à New York pour 34 fraudes comptables et fiscales.

A 76 ans, l'ancien locataire de la Maison Blanche (2017-2021) rêve d'être réélu en novembre 2024.

Mme Carroll accuse M. Trump de l'avoir violée dans une cabine d'essayage d'un grand magasin new-yorkais en 1995 ou 1996.

Ayant choisi en novembre 2019 une procédure au civil pour diffamation, elle avait alors déposé plainte contre M. Trump parce qu'il avait qualifié en juin de la même année de "mensonge complet" les allégations de viol.

Le président républicain, à l'époque, a toujours répondu que Mme Carroll n'était "pas son genre de femme" et ses avocats ont affirmé qu'il était protégé, en 2019, par son immunité de chef d'Etat.

Quant aux accusations de viol, Mme Carroll n'avait pas pu déposer plainte en 2019 puisque les faits présumés étaient prescrits.

Or, le 24 novembre 2022, est entrée en vigueur une loi de l'Etat de New York ("Adult Survivors Act") permettant, pendant un an, aux victimes d'agressions sexuelles de relancer leur action en justice au civil.

Mme Carroll a donc déposé en novembre une nouvelle plainte au civil à New York pour "diffamation" mais aussi "voie de fait" et "agression" et réclamé un procès pour des dommages et intérêts, ses avocats accusant, dans la plainte, M. Trump de "l'avoir tripotée, pelotée et violée".

Trump plaisante-t-il ? Envoyer Heidi Stirrup au ministère de la Justice pour obtenir des informations sur moi ? La chose la plus sale qui me soit jamais arrivée, c'est TRUMP. Merci à vous, @murraywaas pour cette histoire étonnante !

Le procès civil, qui pourrait durer une à deux semaines, devait s'ouvrir le 10 avril mais a été repoussé à mardi.

Les deux protagonistes avaient produit en octobre leurs dépositions sous serment.

Lors de son témoignage par liaison vidéo, rendu public par la justice en janvier, Donald Trump avait réaffirmé sa ligne de défense : "Je le dirai avec le plus grand respect : d'abord elle n'est pas mon genre; ensuite, cela n'est jamais arrivé".

Mais, fait cocasse, devant une photo où il figurait avec Mme Carroll lors d'une réception dans les années 1990, M. Trump l'avait alors confondue avec son ancienne femme, la comédienne Marla Maples, 59 ans, avec laquelle il fut marié de 1993 à 1999.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Donald Trump face à la justice : sera-t-il le premier président américain à être arrêté et inculpé ?

Mike Pence : "Je crois que l'Amérique est le leader du monde libre"

Procès Trump : aucun juré choisi à l'issue du premier jour