PUBLICITÉ

Présidentielle en Turquie : il y aura bien un second tour (autorités électorales)

Un jeune supporter du président sortant Recep Tayyip Erdogan.
Un jeune supporter du président sortant Recep Tayyip Erdogan. Tous droits réservés Christoph Reichwein/(c) Copyright 2023, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Tous droits réservés Christoph Reichwein/(c) Copyright 2023, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est confirmé, les deux prétendants au pouvoir en Turquie, le président sortant R.T Erdogan et son adversaire, K. Kiliçdaroglu, s'affronteront lors d'un second tour le 28 mai prochain.

PUBLICITÉ

Les autorités électorales turques ont confirmé ce lundi qu'un second tour aurait bien lieu pour départager les deux principaux candidats à la présidentielle.

Une demi victoire pour le président sortant R.T. Erdogan, autocrate islamo-conservateur à la tête du pays depuis vingt ans qui sera donc contraint de refaire campagne pour confirmer son avance du premier tour. 

Si le "reis" n'est pas parvenu à récolter plus de 50% des suffrages ce dimanche, il s'en est fallu de peu : 49.51% des électeurs auraient voté pour lui conte 44,88% pour son challenger de gauche Kemal Kiliçdaroglu.

C'est néanmoins la première fois que le chef de l'Etat, âgé de 69 ans, est contraint à se présenter une deuxième fois.

Il affrontera le social-démocrate Kemal Kiliçdaroglu, un ancien haut fonctionnaire de 74 ans à la tête d'une coalition inédite de six formations de l'opposition que les sondages donnaient légèrement en tête avant le premier tour 

Quant au troisième candidat, Sinon Ogan, dissident du parti nationaliste MHP crédité de 5,17% des voix, s'apprête à les négocier sans préciser avec qui. 

Les 64 millions d'électeurs devaient aussi choisir les 600 députés qui siègeront au parlement monocaméral à Ankara. Le président Erdogan en a revendiqué "la moitié" pour son camp.

En 2018, lors de la dernière présidentielle, le chef de l'Etat l'avait emporté au premier tour avec plus de 52,5 % des voix.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux

Turquie : au moins vingt-deux migrants sont morts après le naufrage de leur embarcation