EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le groupe Wagner reste une menace pour l'Europe

Des mercenaires de Wagner à Rostov-sur-le-Don.
Des mercenaires de Wagner à Rostov-sur-le-Don. Tous droits réservés AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés AP/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que le Kremlin minimise la mutinerie d'Evgueni Prigojine, les Européens s'inquiètent de la présence du chef de Wagner et de ses hommes au Bélarus.

PUBLICITÉ

Montrer que tout est sous contrôle en reprenant des activités habituelles : Vladimir Poutine est apparu hier en public lors d'une visite officielle au Daghestan, dans le Sud de la Russie, pour parler de tourisme !

Un sujet étonnant en comparaison à la gravité des événements du week-end dernier pour le pouvoir russe, avec la mutinerie avortée du groupe paramilitaire Wagner.

D'après le président bélarus, Alexandre Loukachenko, le chef des miliciens est bien arrivé dans son pays, où il a trouvé l'exil à la suite d'un accord avec le Kremlin. Evgueni Prigojine a été suivi par certains de ses hommes.

La présence de cette milice aux portes de l'Europe inquiète. Le chancelier allemand Olaf Scholz souligne Berlin le danger qu'elle représente pour les Européens : "l__es citoyens ukrainiens l'ont d'ailleurs constaté, avec l'utilisation terrible de ces troupes par la Russie. Il est désormais clair que les armées privées constituent toujours une menace, même pour les pays qui les entretiennent. La Russie le sait dorénavant."

Que voulait réaliser Wagner ?

Depuis plusieurs mois, le patron de l'organisation paramilitaire critiquait l'inefficacité de l'armée russe dans la guerre en Ukraine. Ses critiques virulentes contre le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, étaient fréquentes et des responsables occidentaux pensent qu'Evgueni Prigojine voulait l'enlever, avec d'autres responsables militaires.

Wagner avait également d'autres cibles : lors de la perquisition de ses locaux, à Saint-Pétersbourg, des preuves d'une attaque planifiée de fake-news contre le gouvernement lituanien ont été trouvées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le général russe Sergueï Sourovikine aurait été arrêté dans le cadre de la mutinerie de Wagner

No Comment : en Ukraine, la guerre dans les tranchées, comme en 14-18

Un avion de ligne russe s'écrase à vide près de Moscou, tuant les 3 membres de l'équipage