PUBLICITÉ

Une journaliste de Novaïa Gazeta gravement agressée en Tchétchénie

 Elena Milashina quelques heures après son agression dans un hôpital de Grozny (Tchétchénie), le 4 juillet 2023.
Elena Milashina quelques heures après son agression dans un hôpital de Grozny (Tchétchénie), le 4 juillet 2023. Tous droits réservés THE COMMITTEE AGAINST TORTURE / SERGEI BABINETS
Tous droits réservés THE COMMITTEE AGAINST TORTURE / SERGEI BABINETS
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une journaliste d'investigation russe travaillant pour le journal indépendant Novaïa Gazeta a été hospitalisée après avoir été passée à tabac en Tchétchénie, ont indiqué mardi l'ONG russe de défense des droits humains Memorial et son média.

PUBLICITÉ

Elena Milachina, spécialiste de la Tchétchénie, a été attaquée après s'être rendue dans cette république russe du Caucase pour couvrir l'énoncé du verdict dans un procès, selon Memorial.

"Les doigts d'Elena Milachina sont cassés et elle perd de temps en temps connaissance", a précisé l'ONG dans un communiqué, ajoutant que "tout son corps est couvert de contusions".

Sur des photos publiées sur Telegram par Novaïa Gazeta, qui a confirmé l'agression, Elena Milachina, assise sur un lit d'hôpital, a les deux bras bandés, son visage aspergé d'une substance médicale de couleur verte par les assaillants et gonflé à cause des coups reçus.

La voiture où se trouvaient la journaliste et l'avocat Alexandre Nemov a été attaquée par des "hommes armés" sur la route de l'aéroport vers la capitale tchétchène Grozny, selon Memorial. "On les a violemment tabassés à coups de pied, y compris dans la figure, menacés de les tuer en mettant un pistolet contre leur tête" et en répétant "On vous a avertis. Partez d'ici et n'écrivez rien", a indiqué l'ONG.

L'organisation Reporters sans frontières (RSF) s'est dite "horrifiée par cette agression sauvage".

La déléguée russe pour les droits humains, Tatiana Moskalkova, s'est entretenue au téléphone avec Mme Milachina, avant d'annoncer le transfert de la journaliste vers un hôpital différent à Beslan, en Ossétie du Nord, république du Caucase voisine de la Tchétchénie.

Menaces de Kadyrov

Elena Milachina a suscité l'ire des autorités tchétchènes notamment en documentant les exécutions extrajudiciaires qui s'y déroulent.En février 2022, elle a dû temporairement quitter la Russie, selon son journal après des menaces émises par le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov qui l'a qualifiée de "terroriste".

Mardi, la journaliste et l'avocat Alexandre Nemov sont allés à Grozny pour l'énoncé du verdict contre Zarema Moussaïeva, la femme d'un ancien juge fédéral russe d'origine tchétchène Saïdi Iangoulbaïev qui est devenu opposant à Ramzan Kadyrov. Arrêtée en janvier 2022 dans le Nord de la Russie par les forces de l'ordre tchétchènes, Mme Moussaïeva a été ramenée de force dans le Caucase. Accusée d'"escroquerie" et de "recours à la force" contre un policier, cette femme âgée de 53 ans a été condamnée mardi à cinq ans et demi de prison par un tribunal de Grozny.

Novaïa Gazeta est l'un des rares bastions de la presse libre en Russie et son rédacteur en chef, Dmitri Mouratov, a reçu le prix Nobel de la Paix en 2021.

L'engagement du journal, notamment dans la couverture des violations des droits humains en Tchétchénie, a coûté la vie à plusieurs de ses collaborateurs, morts assassinés, Anna Politkovskaïa étant la plus célèbre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pression sur les médias indépendants : la Russie arrête une autre journaliste américano-russe

Russie : Vladimir Poutine reconduit Mikhaïl Michoustine au poste de Premier ministre

La Russie célèbre le 79e anniversaire de sa victoire sur l'Allemagne nazie