Niger : la tentative de coup d'Etat n'est pas "définitive" pour la France

Des officiers militaires annonçant leur coup d'État à la télévision
Des officiers militaires annonçant leur coup d'État à la télévision Tous droits réservés AP/AP
Tous droits réservés AP/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La France ne considère pas comme "définitive" la "tentative" de coup d'Etat au Niger, où des militaires putschistes séquestrent depuis mercredi soir le président "démocratiquement élu" Mohamed Bazoum, a déclaré vendredi la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna.

PUBLICITÉ

Le président Emmanuel Macron a parlé à plusieurs reprises - et encore vendredi matin - à son homologue Mohamed Bazoum dont "nous demandons la libération", a-t-elle rapporté aux journalistes en marge d'une visite de M. Macron en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le président nigérien, "qui est le président démocratiquement élu", lui a "dit qu’il est en bonne santé et nous souhaitons non seulement qu’il soit libéré mais libéré en totale sécurité lui et sa famille comme préalable au retour à l’ordre constitutionnel", a exhorté la ministre.

A Niamey, l'armée a apporté jeudi son soutien aux militaires putschistes qui séquestrent le président nigérien depuis mercredi soir.

Les putschistes ont accusé la France, dont 1500 soldats sont au Niger, d'avoir enfreint la fermeture des frontières en faisant atterrir un avion militaire à l'aéroport international de Niamey. Ils ont appelé "une fois pour toutes au respect strict des dispositions" prises par la junte.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) "exige la libération immédiate du président Mohamed Bazoum qui reste le Président légitime et légal du Niger reconnu par la Cédéao". Selon la cheffe de la diplomatie française, "la Cédéao s’est expliquée avec la plus grande clarté", elle "va tenir une réunion au sommet vraisemblablement dimanche" où "d'éventuelles sanctions pourraient être décidées" que la France soutiendra.

Elle a réaffirmé que Paris condamnait "avec la plus grande fermeté la tentative de coup d’Etat" qui "n'a aucune légitimité". "Si vous m’entendez parler de tentative de coup d’Etat, c’est que nous ne considérons pas que les choses sont définitives", a encore déclaré la cheffe de la diplomatie française, évoquant "des possibilités de sortie si les responsables de cette tentative entendent le message de la communauté internationale".

Après le Mali et le Burkina Faso, le Niger, jusqu'alors allié des pays occidentaux, devient le troisième pays du Sahel, miné par les attaques de groupes liés à l'Etat islamique et à Al-Qaïda, à connaître un coup d'Etat depuis 2020.

Le Mali et le Burkina Faso se sont notamment tournés vers la Russie après avoir exigé le départ des soldats français de leur sol.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des troupes russes et américaines stationnées sur une même base militaire au Niger

Les premières troupes françaises quittent le Niger sous la pression de la junte militaire

Niger : l'ambassadeur de France Sylvain Itté a quitté Niamey