EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Espagne : échec annoncé de l'investiture du chef de la droite, Alberto Nuñez Feijoo

Alberti Nunez Feijoo au parlement espagnol
Alberti Nunez Feijoo au parlement espagnol Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de la droite espagnole, Alberto Núñez Feijóo, brigue à partir de mardi le poste de Premier ministre devant le Parlement. Une candidature vouée, sauf surprise majeure, à l'échec pour le conservateur, arrivé en tête des élections fin juillet mais sans majorité.

PUBLICITÉ

S'il se confirme, cet échec ouvrira la voie à une candidature du Premier ministre socialiste sortant Pedro Sánchez, persuadé pour sa part de pouvoir obtenir le soutien indispensable des indépendantistes catalans qui réclament en échange une mesure d'amnistie divisant l'opinion publique.

Justifiant sa déroute à venir, le conservateur a assuré, lors d'un discours de plus d'une heure et demie devant les députés, qu"'aucune fin ne justifiait les moyens, pas même la présidence du gouvernement".

Omettant de dire que l'extrême droite, farouchement anti-indépendantiste, ne le soutiendrait plus s'il acceptait les revendications catalanes, il a assuré "avoir les voix nécessaires pour être chef du gouvernement à portée de main" mais ne pas vouloir en "payer le prix".

"Attaque directe"

Conscient d'être face à une équation insoluble, le chef du Parti Populaire (PP), qui a été chargé par le roi Felipe VI de tenter de former un gouvernement, attaque en règle depuis des semaines les discussions en cours entre son rival socialiste et le parti indépendantiste catalan de Carles Puigdemont, leader de la tentative de sécession de 2017.

Ce dernier, qui a fui en Belgique pour échapper aux poursuites judiciaires, exige l'amnistie des indépendantistes poursuivis par la justice espagnole en échange de l'appui, crucial dans un Parlement très fragmenté, des sept députés de sa formation.

"Ce que demande le mouvement indépendantiste (...) est une attaque directe aux valeurs démocratiques essentielles de notre pays" et si une telle amnistie se confirmait, elle ne répondrait aux besoins que "d'une seule personne", a poursuivi M. Feijóo devant les députés, dans une allusion directe à M. Sánchez, assis dans l'hémicycle.

A l'issue des débats, le chef du PP soumettra mercredi sa candidature au vote des 350 députés. Pour être investi, il devra obtenir une majorité absolue de 176 députés. Or, il ne peut compter que sur 172 voix, essentiellement grâce au soutien de l'extrême droite de Vox qui fait figure d'épouvantail pour d'autres formations.

Un deuxième vote, où une majorité simple suffit, aura ensuite lieu vendredi. Mais, sauf coup de théâtre, il ne sera pas non plus en mesure de l'emporter.

"Monsieur Feijóo, tout le monde sait que vous n'avez pas les soutiens pour être Premier ministre et que très bientôt, vous ne les aurez pas non plus pour présider votre parti", a affirmé le député socialiste Oscar Puente, monté à la tribune contrairement à Pedro Sánchez, ce qui a valu au Premier ministre d'être traité de "lâche" par les députés de droite.

Pedro Sanchez en embuscade

Le revers annoncé de M. Feijóo lors du premier vote de mercredi lancera un compte à rebours de deux mois avant la convocation de nouvelles législatives.

Durant ces deux mois, M. Sánchez – qui a déjoué tous les sondages le donnant largement perdant lors des législatives du 23 juillet – tentera à son tour d'obtenir la confiance du Parlement pour être reconduit au pouvoir.

Un exercice hautement périlleux pour le Premier ministre qui doit trouver une formule d'amnistie contentant les indépendantistes sans déclencher de fronde au sein de son propre parti.

Et d'autant plus périlleux que le président régional indépendantiste catalan, Pere Aragonès, a mis mardi la barre encore plus haut en estimant que l'amnistie ne serait "pas suffisante" et devrait être suivie par l'ouverture de négociations sur l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Dans ce contexte, le PP a tenté ces derniers jours d'ouvrir une brèche au sein du Parti socialiste en appelant les députés de cette formation opposés à l'amnistie à reconsidérer leur position vis-à-vis de l'investiture de Feijóo.

Un appel à la "défection" dénoncé dimanche par M. Sánchez comme "la pire des corruptions".

Le socialiste, qui a prouvé ces dernières années sa grande capacité à survivre politiquement, affiche son optimisme sur sa capacité à être reconduit au pouvoir avec le soutien de l'extrême gauche et des partis basques et catalans.

Le PP "manifeste contre un gouvernement socialiste", a-t-il dit lors d'un meeting, en référence au rassemblement de dimanche à Madrid, "mais je suis désolé, il y aura un gouvernement socialiste" investi prochainement par le Parlement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie, France, Espagne : quel pays européen est le plus impacté par les pickpockets ?

Le sélectionneur de l'équipe féminine d'Espagne limogé, son adjointe prend sa place

Européennes : le Parti populaire espagnol favori