EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Deuxième phase de rejet des eaux traitées de Fukushima

Greenpeace s'inquiète du rejet des eaux de Fukushima
Greenpeace s'inquiète du rejet des eaux de Fukushima Tous droits réservés ATTILA KISBENEDEK/AFP
Tous droits réservés ATTILA KISBENEDEK/AFP
Par AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il reste une substance radioactive, le tritium, dans ces eaux stockées depuis des années sur le site, mais les rejets contiennent 7 fois moins de tritium que l'OMS autorise pour l'eau potable.

PUBLICITÉ

La deuxième phase du rejet en mer des eaux traitées de la centrale japonaise accidentée de Fukushima a commencé jeudi matin, a annoncé son opérateur, alors que le début fin août de ce processus de long terme avait scandalisé la Chine.

Le rejet a débuté jeudi à 10H18 heure japonaise (01H18 GMT), a précisé à l'AFP un porte-parole de l'opérateur Tepco.

Le Japon avait commencé le 24 août à évacuer dans l'océan Pacifique de l'eau qui a été utilisée pour refroidir les coeurs des trois réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi (nord-est du Japon) qui étaient entrés en fusion après le tsunami de 2011.

Provenant aussi de nappes souterraines et de la pluie, cette eau a été longtemps stockée dans d'immenses citernes sur le site de la centrale et traitée pour la débarrasser de ses substances radioactives, à l'exception du tritium, qui n'est dangereux qu'à de très hautes doses concentrées selon les experts.

C'est pourquoi Tepco procède ensuite à une très large dilution de l'eau tritiée avec de l'eau de mer avant de l'évacuer dans l'océan, pour que son niveau de radioactivité ne dépasse pas le plafond visé de 1.500 Bq/L.

Cette limite est 40 fois inférieure à la norme japonaise pour ce type de rejet en mer, et elle est aussi près de sept fois inférieure au plafond fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'eau potable (10.000 Bq/L).

Le rejet en mer a été validé par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Mais le lancement du processus a provoqué une crise diplomatique entre le Japon et la Chine, qui a suspendu depuis fin août toutes ses importations de produits de la mer japonais.

La Russie, dont les relations avec le Japon sont également tendues en raison des sanctions prises par Tokyo à l'encontre de Moscou depuis le début de la guerre en Ukraine, envisagerait de faire de même.

"Comme cela a été le cas pour le premier rejet, nous continuerons à surveiller les niveaux de tritium. Nous continuerons à informer le public de manière claire et compréhensible, sur la base de preuves scientifiques", avait déclaré la semaine dernière à la presse un responsable de Tepco.

Un total d'environ 7.800 m3 d'eau tritiée a été évacuée durant la première phase de 17 jours. Tepco a planifié trois autres opérations similaires jusqu'à fin mars 2024.

Le Japon prévoit en tout de déverser dans l'océan Pacifique plus de 1,3 million de m3 d'eau tritiée de Fukushima - soit l'équivalent de 540 piscines olympiques - mais de manière extrêmement graduelle, jusqu'au début des années 2050, selon le calendrier actuel.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'AIEA a donné son feu vert à la poursuite des rejets d'eaux usées radioactives à Fukushima

Crise de l'eau en Europe : constat et solutions

TheCube : les rejets de la centrale de Fukushima ont-ils tué des milliers de poissons au Japon ?