Explosions meurtrières en Iran : au moins 95 morts et plus d'une centaine de blessés (nouveau bilan)

Les premières images après l'attaque meurtrière
Les premières images après l'attaque meurtrière Tous droits réservés Hussein Malla/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le bilan a été légèrement revu à la baisse par les autorités iraniennes mercredi soir. Les deux explosions n'ont toujours pas été revendiquées.

PUBLICITÉ

Les autorités ont communiqué mercredi soir un nouveau bilan, revu à la baisse, du double attentat perpétré à Kerman, au sud-est du pays.

A ce stade, et après vérification des noms des victimes 98 personnes auraient péri contre 103 annoncées précédemment. 

Les deux bombes ont explosé à quelques minutes d'intervalle. C'est le second engin explosif qui aurait fait le plus de victimes.

L'attaque s'est produite lors d'un rassemblement en mémoire de l'assassinat du général Qassim Soleimani, chef de la force d'élite des Gardiens de la révolution. Il avait été tué lors d'une frappe de drone américain en Irak en janvier 2020.

A ce stade, les deux explosions n'ont toujours pas été revendiquées.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que les assaillants feraient face à "une réponse sévère", bien qu'il n'ait nommé aucun suspect possible. Le président iranien Ebrahim Raisi a ajouté : "Il ne fait aucun doute que les auteurs et les dirigeants de cet acte lâche seront bientôt identifiés et punis". 

L’Iran compte de nombreux ennemis qui pourraient être à l’origine de cette attaque, notamment des groupes d’exilés, des organisations militantes et des acteurs étatiques.

Alors qu’Israël a mené des attaques en Iran à cause de son programme nucléaire, il a mené des assassinats ciblés et non des attentats à la bombe faisant de nombreuses victimes. Un porte-parole du Département d'État américain, Matthew Miller, a déclaré que les responsables américains n'avaient "aucune raison" de croire qu'Israël était impliqué dans l'attaque de mercredi en Iran.

Des groupes extrémistes sunnites, dont le groupe État islamique, ont mené dans le passé des attaques à grande échelle qui ont tué des civils en Iran, à majorité chiite, mais pas dans la région relativement paisible de Kerman.

L’Iran a également été le théâtre de manifestations de masse ces dernières années, notamment à la suite de la mort d’un jeune femme de 22 ans, Mahsa Amini en 2022. Le pays a également été la cible de groupes en exil lors d’attaques remontant aux troubles entourant la révolution islamique de 1979.

L’Iran lui-même arme des groupes militants au fil des décennies, notamment le Hamas, la milice chiite libanaise du Hezbollah et les rebelles Houthis du Yémen. Alors qu'Israël mène sa guerre dévastatrice à Gaza après les attaques du Hamas du 7 octobre qui ont tué 1 200 personnes, le Hezbollah et les Houthis ont lancé des attaques contre Israël qui, selon eux, venaient au nom des Palestiniens.

L'attaque de Kerman reste à ce jour l'attaque la plus meurtrière en Iran depuis la Révolution en 1979.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un incendie dû à une explosion de gaz fait au moins 3 mort et des centaines de blessés à Nairobi

Iran : les gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles

L'Iran lance trois satellites faisant partie d'un programme critiqué par l'Occident