EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Washington et Londres frappent les Houtis au Yémen

Un navire britannique en mer Rouge, le 10.01.2024 (source : ministère de la Défense britannique)
Un navire britannique en mer Rouge, le 10.01.2024 (source : ministère de la Défense britannique) Tous droits réservés AP/UK MOD © Crown copyright 2024
Tous droits réservés AP/UK MOD © Crown copyright 2024
Par Euronews avec AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une quinzaine de sites ont été pris pour cible afin de faire cesser les attaques des Houtis en mer Rouge.

PUBLICITÉ

Les États-Unis et le Royaume-Uni, "avec le soutien" de l'Australie, de Bahreïn, du Canada et des Pays-Bas, ont lancé des frappes massives contre des cibles houthistes au Yémen, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Des navires de surface, plusieurs avions et au moins un sous-marin auraient participé à l'opération. L'armée américaine prétend avoir bombardé 16 sites et visé une soixantaine de cibles.

Pour le président américain Joe Biden, l'opération montre que les États-Unis "ne toléreront pas" les attaques des Houtis sur des navires en mer Rouge.

Mercredi, le Conseil de Sécurité des Nations Unies avait déjà exigé l'arrêt des attaques et des détournement de bateau par les rebelles yéménites.

Signe de l'augmentation de la tension en mer Rouge, jeudi, l'Iran a détourné un pétrolier qui venait du port irakien de Bassora.

Téhéran soutient la rébellion yéménite contre le pouvoir officiel, soutenu de son côté par l’Arabie saoudite.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Houthis sont l'exemple même des acteurs non étatiques du 21e siècle

Les États-Unis et le Royaume-Uni déjouent la plus grande attaque des Houthis en mer Rouge

Un navire de commerce de nouveau visé par des missiles tirés par les rebelles houthis en mer Rouge