Seul un cessez-le-feu permettrait des libérations d'otages, selon un membre du cabinet de guerre

Gadi Eisenkot, actuel membre du cabinet de guerre israélien et ancien chef de l'armée israélienne, en août 2022.
Gadi Eisenkot, actuel membre du cabinet de guerre israélien et ancien chef de l'armée israélienne, en août 2022. Tous droits réservés Adel Hana/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Membre du cabinet de guerre israélien, Gadi Eisenkot a affirmé publiquement que la pression militaire ne permettrait pas de nouvelles libérations d'otages, ajoutant qu'un accord de cessez-le-feu était la seule voie possible.

PUBLICITÉ

Un membre du cabinet de guerre israélien a affirmé ce vendredi que seul un accord de cessez-le-feu peut permettre la libération des dizaines d'otages détenus par le Hamas à Gaza. Gadi Eisenkot a ajouté que ceux qui prétendent que les otages peuvent être libérés par la pression militaire se font des illusions.

Les commentaires télévisés de l'ancien chef de l'armée, jeudi, sont le dernier signe d'un désaccord croissant entre les dirigeants politiques et militaires sur l'orientation de la guerre d'Israël contre le Hamas.

Des Palestiniens marchent au milieu des destructions causées par les bombardements israéliens dans le camp de Nusseirat, dans la bande de Gaza, vendredi 19 janvier.
Des Palestiniens marchent au milieu des destructions causées par les bombardements israéliens dans le camp de Nusseirat, dans la bande de Gaza, vendredi 19 janvier.Adel Hana/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Les militants du Hamas opposent une résistance acharnée dans plusieurs zones de la bande de Gaza. Le conflit, qui en est à son quatrième mois et ne montre aucun signe de fin, a également attisé les tensions au Moyen-Orient.

Selon le ministère de la santé de Gaza, plus de 24 400 Palestiniens sont morts et les Nations unies affirment qu'un quart des 2,3 millions de personnes piégées dans la bande de Gaza meurent de faim. En Israël, environ 1 200 personnes ont été tuées lors de l’attaque du 7 octobre l'attaque du Hamas qui a déclenché la guerre et au cours de laquelle quelque 250 personnes ont été prises en otage par le Hamas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Cisjordanie occupée, une attaque meurtrière près d'une colonie

L'ONU suspend la distribution de l'aide dans le nord de la bande de Gaza

Israël pose un ultimatum au Hamas pour la libération des otages