Arménie : un activiste russe appelle à voter contre Vladimir poutine

 AP
AP Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Somaya Aqad, Ap
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Agé de 50 ans et avocat de profession Yuri Alekseyev, a fui le régime de poutine juste après l’invasion russe en Ukraine. Installé en Arménie, il poursuit son activisme.

PUBLICITÉ

Au fin fond de l'Arménie, à environ deux cents kilomètres de la capitale Erevan, le blogueur et activiste politique russe Yuri Alekseyev a construit une cabane de style hobbit sur une colline dans les montagnes à la frontière avec la Géorgie et l'Azerbaïdjan.

M. Alekseyev vivait auparavant dans une cabane souterraine similaire dans une forêt de Russie et est connu sous le nom de "Hobbit", en raison de l'entrée circulaire de sa maison dans la forêt. Avocat et programmeur de profession, cet activiste de 50 ans s'est installé en Arménie en mai 2022, peu après que la Russie a lancé ce qu'elle a appelé une "opération militaire" en Ukraine.

 Yuri Alekseyev, a dû quitter la Russie en raison de son activisme.

"Dès que la guerre a commencé, j'ai accroché une bannière "Non à la guerre" près de ma maison. J'ai été emprisonnée 15 jours, j'ai purgé ma peine et il m'est apparu clairement que si j'étais resté en Russie, j'aurais été envoyé en prison pour longtemps".

De temps à autres, Yuri Alekseyev quitte sa maison nichée dans les montagnes pour Se rendre à l’ambassade russe d’EREVAN où il déroule une affiche sur laquelle est inscrire

« Je suis russe, Poutine est un meurtrier"

Il appelle les citoyens russes à voter contre l’actuel président, et à se mobiliser pour la démocratie.

"Depuis mon déménagement il y a deux ans, je n'ai eu de cesse de promouvoir l'idée auprès des Arméniens et des Russes, les encourager à voter contre Poutine, à être socialement actifs et à lutter pour la démocratie. Pour la démocratie. J'explique que ce qui s'est passé en Russie s'est produit parce que les gens ont cessé de se battre pour la démocratie."

Une répression forte

La Russie de Vladimir Poutine est passée d'un pays qui tolérait une certaine dissidence à un pays qui la réprime fermement. Les arrestations, les procès et les longues peines de prison - autrefois rares - sont devenus monnaie courante, surtout depuis que Moscou a sa guerre en Ukraine.

Une nouvelle loi répressive approuvée quelques jours après le début de la campagne russe en Ukraine criminalise toute critique publique.

Les manifestations sont devenues impossibles, la police dispersant rapidement les rassemblements non autorisés.

Le nombre d'arrestations, d'affaires pénales et de procès a grimpé en flèche, et les longues peines d'emprisonnement sont devenues monnaie courante.

Outre ses opposants politiques, le Kremlin s'en prend désormais aux groupes de défense des droits, aux médias indépendants et à d'autres membres d'organisations de la société civile, aux LGBT et à d'autres groupes de la société civile.

organisations de la société civile, les militants LGBTQ+ et certaines affiliations religieuses.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Agression d'un proche de Navalny : la Lituanie pointe du doigt la Russie

La Russie est "prête "à une guerre nucléaire, prévient le chef du Kremlin

Guerre Russie-Ukraine : Les Etats-Unis vont envoyer environ 300 millions de dollars d'armes à Kyiv