PUBLICITÉ

Le chef du renseignement militaire israélien démissionne suite à l'attaque du Hamas le 7 octobre

Des personnes manifestent contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et demandent la libération des otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe militant du Hamas.
Des personnes manifestent contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et demandent la libération des otages détenus dans la bande de Gaza par le groupe militant du Hamas. Tous droits réservés Leo Correa/AP
Tous droits réservés Leo Correa/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le général Aharon Haliva, a présenté sa démission en raison de sa "responsabilité de commandement" dans l'attaque sans précédent menée le 7 octobre par le Hamas en Israël.

PUBLICITÉ

En raison de sa “responsabilité de commandement” dans l’attaque menée par le Hamas le 7 octobre, le général Aharon Haliva a présenté sa démission. L’annonce a été faite par l’armée israélienne.

"La direction du renseignement, sous mon commandement, n'a pas été à la hauteur de la tâche qui lui avait été confiée. Je porte ce jour noir en moi depuis lors, jour après jour, nuit après nuit. Je porterai cette douleur avec moi pour toujours", a écrit Aharon Haliva dans sa lettre de démission, publiée par l'armée israélienne.

Sa démission pourrait être le prélude à d'autres démissions de hauts responsables de la sécurité israélienne. Plus de 1 100 personnes ont été tuées lors de l’attaque du Hamas, qui par ailleurs, détient toujours des dizaines d’otages israéliens dans la bande de Gaza.

La guerre, menée en représailles par l’armée israélienne dans l’enclave palestinienne, a fait plus de 34 000 morts, principalement des civils, selon un bilan diffusé dimanche par le ministère de la Santé du Hamas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

MAJ: Israël annule la décision de confisquer le matériel de diffusion d'AP

M. Netanyahu qualifie l'annonce d'un mandat d'arrêt de la CPI de "nouvel antisémitisme".

L'Israël ferme les bureaux de Al Jazeera