EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Face à la chute du brut, BP réduit encore la voilure

Face à la chute du brut, BP réduit encore la voilure
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le groupe britannique BP annonce une nouvelle réduction de ses investissements annuels pour faire face à la chute des cours du brut. Ils seront

PUBLICITÉ

Le groupe britannique BP annonce une nouvelle réduction de ses investissements annuels pour faire face à la chute des cours du brut. Ils seront portés à 19 milliards de dollars en 2015, soit cinq à sept milliards de dollars d’investissements en moins par rapport à l’estimation faite il y a un an.

Car entre temps, le prix du baril de Brent a perdu plus de la moitié de sa valeur. Le cours moyen avoisine aujourd’hui les 50 dollars contre 101 dollars un an auparavant. Conséquence : BP a vu son bénéfice net ajusté tomber à 1,8 milliard de dollars contre 3 milliards de dollars au troisième trimestre 2014. Des résultats toutefois meilleurs qu’attendus, notamment grâce aux bons résultats du raffinage.

Pour Justin Urquart Stewart de Seven Investment, le secteur pétrolier doit s’adapter à une nouvelle ère : “Le monde a changé pour toutes les compagnies pétrolières et énergétiques, et il n’y aura pas de retour en arrière d’ici peu. Tous les géants du pétrole, et avec eux tous les fournisseurs de service du secteur, vont être affectés par la chute des cours. Tous espèrent désespérément que quelqu’un va se retourner et dire : stop, nous allons faire en sorte que les prix remontent. Un miracle va se produire. Mais c’est peu probable.”

Outre la réduction des investissements, BP va céder encore trois à cinq milliards de dollars d’actifs en 2016. Depuis la marée noire de 2010 dans le golfe du Mexique, le groupe britannique a déjà vendu près de 50 milliards de dollars d’actifs.

ICYMI The key facts of #BP's 3Q #results$BPpic.twitter.com/SwpOgv1VNj

— BP (@BP_plc) 27 Octobre 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage

En Allemagne, le climat économique se dégrade en juin, pas de miracle avec l'Euro 2024