EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Etats-Unis : noël à la pompe

Etats-Unis : noël à la pompe
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec avec AGENCES
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La dégringolade des cours du pétrole se répercute sur les prix des carburants, dopant le pouvoir d'achat des Américains.

PUBLICITÉ

Pour les automobilistes américains, c’est vraiment noël à la pompe cette année : ils sont les grands gagnants de la chute des cours du brut. Les taxes sur les carburants étant bien plus basses aux Etats-Unis qu’en Europe, un litre d’essence leur coûte 48 centimes d’euros en moyenne aujourd’hui, soit 30 % de moins qu’il y a un an.

“ J’avais remarqué que pour faire le plein il y a un an, je devais prévoir 50 dollars. Aujourd’hui, je m’en sors avec 36 ou 38 dollars pour un plein, “ confirme Hugo Ballesteros, un automobiliste rencontré dans une station service de Floride.

La baisse des prix à la pompe dope littéralement le pouvoir d’achat des ménages. C’est aussi un vrai coup de pouce au secteur des transports. “ Rien que cette année, les économies sur l’essence s‘élèvent à 115 milliards de dollars, soit 550 dollars pour chaque automobiliste aux Etats-Unis, “ précise Robert Sinclair Jr., directeur de communication de l’“Association américaine de l’automobile”:http://www.aaa.com/PPInternational/International.html?referer=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F.

Les prix à la pompe baissent aussi en Europe
. C’est en Pologne que le litre d’essence est le moins cher, à 93 centimes en moyenne. Pour le Diesel, mieux vaut faire le plein au Luxembourg, à 88 centimes le litre.

A noter que pour la première fois depuis 2010, le brut américain se vendait plus cher que le Brent de la mer du Nord ce mercredi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Achat d'un appartement : où en Europe cela vous coûtera-t-il le plus cher ?

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?