Grèce : les raisons de la colère

Grèce : les raisons de la colère
Par Anne Glémarec avec BUREAU D'ATHèNES, AFP, REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Hausses d'impôts, baisse des retraites : le plan Tsipras vise à dégager 1,3 milliards d'euros d'économies par an.

PUBLICITÉ

C’est une pilule bien amère qu’Alexis Tsipras doit faire avaler à son parlement et aux Grecs, épuisés par des années d’austérité.

Hausse de l’impôt de solidarité, de l’impôt sur les hauts revenus et de la taxe sur les dividendes des sociétés ; quant au plafond des revenus non imposables, il pourrait être abaissé.

Mais la plus difficile à digérer reste la baisse de des retraites à partir de 2019 : à partir de 750 euros par mois, elles seront réduites de 15%. Les retraités touchant plus de 2000 euros par mois perdront 40%. Et ce, même si le système grec restera le plus généreux d’Europe, martèle le ministre du travail, George Katrougalos.

C’est lui qui a défendu la réforme devant les députés. “Nous sommes dans une situation où la richesse nationale est nettement plus faible. Nous sommes 25% plus pauvres que nous ne l‘étions en 2010. Et il nous faut donc distribuer de plus petites retraites. Mais pour la première fois, cela se fera de façon juste,“ a-t-il assuré.

Ces économies, évaluées à 1,3 milliards d’euros par an, visent à obtenir dès lundi à Bruxelles, le feu vert de l’Eurogroupe, du FMI et de la BCE au versement d’une nouvelle tranche d’aide.

La Grèce en a besoin pour honorer ses échéances de juillet auprès de la BCE. Elle compte aussi sur le soutien du FMI pour lancer une renégociation de sa dette.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Europe et la Chine à la recherche de nouvelles routes commerciales

L'Allemagne enregistre une baisse de la croissance économique au dernier trimestre 2023

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse