Allemagne : les entrepreneurs optimistes, malgré Trump

Allemagne : les entrepreneurs optimistes, malgré Trump
Par Anne Glémarec
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'élection du Républicain protectionniste à la présidence du premier partenaire commercial de l'Allemagne est pourtant de mauvaise augure pour les exportateurs allemands.

PUBLICITÉ

Le climat des affaires est resté au beau fixe en Allemagne en novembre. Et ce, en dépit de l‘élection de Donald Trump à la Maison Blanche.

A 110,4 points, l’indice de l’institut d‘études économiques IFO qui le mesure s’est maintenu à son plus haut niveau en deux ans et demi. Il est supérieur aux attentes.

Effet différé

Pas si surprenant, explique Klaus Wohlrabe, économiste à l’IFO. “Actuellement, nous ne constatons pas d’impact important de l‘élection de Trump sur les résultats de notre enquête. Pour le Brexit, il avait fallu attendre deux mois pour remarquer une hausse de l’incertitude. Cette fois encore, les entreprises pourraient devenir plus septiques et prudentes en décembre. Après tout, les remarques de Trump sont très erratiques, il faut d’abord voir quelles promesses électorales seront vraiment appliquées,“ dit-il.

ifo #Geschäftsklima nach #Trump-Wahl unverändert bei 110,4 Punkten https://t.co/lddtxrwRnopic.twitter.com/kR7VKnQGAt

— ifo Institut (@ifo_Institut) 24 novembre 2016

Peur pour les exportations, moteur de croissance

Fort de ce résultat, l’IFO anticipe désormais 0,5% de croissance au quatrième trimestre, et sur 1,9% sur l’année. L’institut note toutefois que le moral s’est dégradé dans l’industrie du fait de perspectives moroses à l’exportation.

Les Etats-Unis sont le premier partenaire commercial de l’Allemagne et le discours protectionniste de Trump effraie outre-Rhin, où les exportations souffrent déjà du ralentissement économique mondial.

La croissance a été divisée par deux à 0,2% au troisième trimestre en Allemagne du fait d’un fort recul des exportations que n’a pas compensé la hausse de la consommation et des dépenses publiques.

Detailed gross domestic product results for the 3rd quarter of 2016 #GDPhttps://t.co/lfFQVVcXPZpic.twitter.com/KqqEi4cJVt

— Destatis news (@destatis_news) 24 novembre 2016

Avec IFO, Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse

Le marché unique européen met les objectifs écologiques et numériques au centre de ses préoccupations

La Commission européenne revoit à la baisse les prévisions de croissance de l'UE et s'attend à une nouvelle baisse de l'inflation