EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

France : l'encombrant héritage économique du président Hollande

France : l'encombrant héritage économique du président Hollande
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quel qu'il soit, le candidat socialiste à la présidentielle de 2017 partira avec un handicap : un bilan économique controversé à droite comme à gauche.

PUBLICITÉ

Le bilan économique de François Hollande sera difficile à défendre pour quiconque portera les couleurs socialiste à la présidentielle française de 2017.

Emploi : des promesses non tenues

Sur le front de l’emploi tout d’abord. Quand François Hollande s’installe à l’Elysée en mai 2012, le taux de chômage est de 9,3% en métropole. Il s’affiche aujourd’hui à 9,7%, sous la moyenne de la zone euro, après avoir dépassé les 10% au cours du quinquennat.

Les Français n’ont pas pardonné au Chef de l’Etat sa promesse non tenue d’inverser la courbe du chômage d’ici septembre 2013.

Loi El Khomri : la trahison

Autre héritage encombrant : la loi travail imposée par décret et vécue comme une trahison par les syndicats. De février à septembre, le pays a été secoué par des manifestations nationales, y compris après la promulgation du texte en août 2016.

Matraquage fiscal des ménages, crédit d’impôt aux entreprises

Sans parler du matraquage fiscal qui a fait de la France le pays le plus taxé de l’Union européenne avec une charge fiscale évaluée par Eurostat à “47,9% du PIB”:
http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Tax_revenue_statistics
, contre une moyenne européenne à 40% du PIB, et à 41,4% du PIB en zone euro.

Ce sont les ménages qui en ont fait les frais avec des hausses d’impôts dépassant les 50 milliards d’euros et entamant d’autant leur pouvoir d’achat.

Une grave erreur, estiment aujourd’hui la plupart des économistes, même si ces prélèvements ont permis d’assainir les comptes publics.

Dans le même temps, les 40 milliards de crédit d’impôt accordés aux entreprises ont divisé l‘électorat de gauche.

Croissance : le rendez-vous manqué

D’autant que les 2,5% de croissance ambitionnés en 2012 pour la fin de mandat n’ont eu de cesse d‘être revus à la baisse. Le gouvernement ne table plus que sur 1,4% cette année.

Dans une étude publiée ce lundi, l’Insee enfonce le clou en révélant que la pauvreté et les inégalités ont encore augmenté en France en 2015.

Avec Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage