EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Schaüble s'inquiète du protectionnisme à la veille du G20 Finances

Schaüble s'inquiète du protectionnisme à la veille du G20 Finances
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A la veille de la réunion des ministres des Finances du G20, l’allemand Wolfgang Schaüble s’inquiète de la posture protectionniste de la nouvelle administration…

PUBLICITÉ

A la veille de la réunion des ministres des Finances du G20, l’allemand Wolfgang Schaüble s’inquiète de la posture protectionniste de la nouvelle administration américaine.

Good collaboration ahead: FinMin #Schäuble welcomes his U.S. counterpart stevenmnuchin1</a> in Berlin <a href="https://twitter.com/USTreasury">USTreasurypic.twitter.com/3UVvjSwgot

— BMF (@BMF_Bund) 16 mars 2017

Bonne collaboration à venir : le ministre des Finances #Schaüble accueille son homologue stevenmnuchin1 à Berlin USTreasury

Lors d’un conférence de presse, il a plaidé pour que la place financière de Londres conserve son leadership malgré le Brexit. En novembre, il avertissait que Londres devait se préparer à la fuite des services financiers.

“Je ne sais si ce serait très apprécié à Paris, mais même après le Brexit, il est dans notre propre intérêt est d’avoir un centre financier puissant à Londres. Nous ne pouvons pas tout déménager en Europe et c’est mieux qu’il soit à Londres plutôt qu‘à Singapour ou n’importe ou dans le monde”, a déclaré le ministre allemand des Finances.

Wolfgang Schaüble a aussi prédit que les populismes allaient continuer de gagner du terrain tant que les grandes économies mondiales ne parviendront pas à réduire les excès de la globalisation pour parer au sentiment croissant d’injustice.

“Je dirais que si nous avons retenu les leçons du passé, c’est que le nationalisme et le protectionnisme ne sont jamais les bonnes réponses. Nous ne pouvons pas nous couper des problèmes du monde et nous ne devrions nous laisser tromper par ce qui nous semble des réponses simples aux défis complexes auxquels nous faisons face”, a-t-il mis en garde.

Dans une tribune publiée jeudi, il a appelé les électeurs français à ne pas “jeter le bébé Europe avec l’eau du bain du mécontentement”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Etats de l'UE jouent des coudes pour attirer les constructeurs chinois de véhicules électriques

Élections européennes : les défis à venir pour les banques de l'UE

La Banque centrale européenne abaisse ses taux d'intérêt, conformément aux prévisions