EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Italie : confiance accordée au gouvernement Conte

Italie : confiance accordée au gouvernement Conte
Tous droits réservés 
Par Maxime Bayce
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement a très largement voté en faveur du gouvernement formé par le Mouvement 5 étoiles et la Ligue.

PUBLICITÉ

La Chambre des députés a accordé sa confiance au gouvernement de Giuseppe Conte. 350 voix pour, 236 contre et 35 abstentions. Mardi déjà,  le Sénat avait fait de même ouvrant la voix à un exécutif issu d'une alliance inédite : les populistes du Mouvement cinq étoiles associés au parti d'extrême-droite de la Ligue (ancienne Ligue du Nord).

Celui qui aura la lourde tache de diriger cet attelage sans précédent est un novice en politique. A 53 ans, Giuseppe Conte est inconnu des Italiens. Pour l'opposition c'est une marionnette dans les mains des vrais chefs de ce gouvernement que sont Luigi di Maio et Matteo Salvini.

Des défis et des incertitudes

Mais de nombreuses questions restent sans réponse. Quel ancrage européen alors que Matteo Salvini a déjà fait savoir qu'il avait appelé le très eurosceptique Viktor Orban pour faire changer les règles de l'Europe ? Certains responsables européens restent aussi dubitatifs face au coût des mesures fiscales, économiques et sociales prévues par le "contrat de gouvernement" signé par la Ligue et le M5S, dont M. Conte s'est dit le "garant".

Quelle crédibilité ? Quand il n'explique pas d'où viendra le financement des dizaines de milliards de dépenses prévues, notamment avec le revenu de citoyenneté voulu par le cinq étoiles.

Mercredi devant les députés, il a de nouveau abordé de nombreux sujets sans lever ces doutes, évoquant le fait que son gouvernement n'était pas encore complètement constitué - il manque les vice-ministres et les secrétaires d'Etat - pour expliquer l'absence d'annonces concrètes.

Bref, l'Italie comme le gouvernement Conte pourraient bien être à la croisée des chemins.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’Italie s’invite dans tous les débats bruxellois

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage