EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Restructuration d'ampleur pour Lufthansa

Restructuration d'ampleur pour Lufthansa
Tous droits réservés Michael Sohn/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Michael Sohn/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La compagnie allemande Lufthansa s'apprête à réaliser des coupes dans les effectifs et à réduire sa flotte, mais ses filiales seront aussi durement touchées.

PUBLICITÉ

Lufthansa annonce une restructuration d'ampleur pour encaisser le choc de la crise sanitaire.

La compagnie aérienne allemande prévoit des coupes drastiques dans les effectifs et la vente d'actifs secondaires pour rembourser un plan d'aide de neuf milliards d'euros et éponger des pertes abyssales.

Des pertes évaluées à 2,1 milliards d'euros au premier trimestre, d'après des chiffres publiés ce mercredi.

Le transporteur a consenti une entrée au capital de l'Etat allemand et des des concessions à la concurrence, exigées par Bruxelles.

Pour rogner sur les coûts, la compagnie va réduire sa flotte d'un huitième, et se passer d'une centaine d'appareils.

Ses filiales seront touchées de plein fouet, avec une coupe de 25 % dans les effectifs pour Brussel Airlines, 20 % pour Austrian Airlines, et une fermeture pure et simple pour l'opérateur low cost Germanwings.

La seule perspective qui s'offre aujourd'hui est celle d'une "lente reprise" : 2000 vols par semaine seront assurés en juin, et pour le mois de septembre, le groupe mise sur 40 % des liaisons prévues avant la crise.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'impact de la panne informatique mondiale de Microsoft sur les entreprises du monde entier

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche