Exclusif: l'UE n'est pas "naïve" face au rapprochement de Poutine et de Jinping selon Charles Michel

Pour Charles Michel, l'Union européenne n'est pas naïve au sujet du resserrement des liens entre la Chine et la Russie
Pour Charles Michel, l'Union européenne n'est pas naïve au sujet du resserrement des liens entre la Chine et la Russie Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Geert Vanden Wijngaert/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Efi Koutsokosta
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Charles Michel a accordé un entretien exclusif à Euronews. Le Président du Conseil européen s'est exprimé sur les liens de plus en plus serrés entre la Chine et la Russie, le plan de paix pour l'Ukraine, et l'état de l'économie européenne.

PUBLICITÉ

"L'Union européenne n'est pas naïve face au rapprochement diplomatique entre la Russie et la Chine sur fond de guerre en Ukraine", a déclaré mercredi le président du Conseil européen, Charles Michel.

"Mais", a-t-il ajouté, "cette relation de plus en plus étroite ne doit pas dissuader Bruxelles de s'engager auprès de Pékin."

"Nous sommes absolument convaincus qu'il est important que la Chine ne soutienne pas la Russie", a affirmé le Charles Michel à Euronews dans une interview exclusive enregistrée avant un sommet de deux jours à Bruxelles.

"Il est important que la Chine soutienne le droit international, la stabilité à travers la Charte des Nations unies.

"Je ne suis pas naïf. Je sais qu'il existe des liens étroits entre la Chine et la Russie", a-t-il poursuivi.

"Mais d'un autre côté, je pense que dans ces circonstances, il est très clair que nous devons nous engager avec la Chine, non pas parce que nous sommes d'accord sur tout avec la Chine, au contraire, mais parce que nous devons défendre nos intérêts et nos principes".

Dans son entretien avec Euronews, le Président du Conseil européen a réaffirmé son soutien au plan de paix en dix points proposé par le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy, qui appelle au retrait total des troupes russes et au rétablissement des frontières internationalement reconnues de l'Ukraine.

La proposition du président ukrainien, Volodymyr Zelenskyy contraste fortement avec le document en 12 points récemment présenté par la Chine, dans lequel la question des territoires occupés est manifestement absente.

Le plan chinois fait référence aux principes du droit international, mais évite de qualifier la guerre de "guerre" ou d'"invasion", préférant parler de "crise". Il préconise également la levée des "sanctions unilatérales" et la fin de la "mentalité de la guerre froide", ce qui est perçu comme une critique à peine voilée des alliés occidentaux.

"Ce plan de paix ne correspond pas à nos convictions", a déclaré Charles Michel à propos de la proposition de Pékin.

"Nous croyons en la formule de paix proposée par le président Zelenskyy, qui est basée sur la charte des Nations unies, le droit international et l'approche multilatérale."

"Aucune intention d'attaquer la Russie"

Le président du Conseil européen a qualifié d'"extrêmement importante" la nouvelle tranche d'aide militaire approuvée cette semaine par les ministres des affaires étrangères et de la défense de l'UE, qui prévoit pour la première fois un milliard d'euros pour l'achat conjoint de munitions.

"Il s'agit d'une décision concrète en faveur d'une véritable défense européenne. Et vous savez que dans le passé, nous avons beaucoup discuté de cette question, pour certains il s'agissait d'un débat théorique. Maintenant, c'est la réalité", a précisé Charles Michel à Euronews.

"Il était impossible d'imaginer une telle décision quelques semaines avant le début de l'invasion".

Interrogé sur la frontière entre le soutien militaire et la belligérance active, M. Michel a déclaré que l'UE avait légalement le droit d'aider une nation attaquée.

"Il ne fait aucun doute qu'il n'y a aucune intention d'attaquer la Russie. Il y a un agresseur : c'est la Russie. Il y a des victimes", a souligné Charles Michel.

"Nous soutenons le droit international parce que nous savons que si nous ne soutenons pas l'Ukraine, cela signifie que le monde sera moins sûr à l'avenir", a-t-il ajouté.

De nombreux défis difficiles à relever en même temps

Charles Michel a également évoqué l'état de l'économie européenne, qui a été durement touchée par les répercussions de la guerre menée par la Russie.

"Nous pensons qu'il est important d'aborder la question de la compétitivité à long terme de l'Union européenne. Nous sommes confrontés à de nombreux défis difficiles en même temps", a déclaré le Président du Conseil européen, faisant référence aux prix élevés de l'énergie, au changement climatique, à la transition numérique et au manque de compétences nécessaires.

PUBLICITÉ

L'inquiétude économique s'est accrue ce mois-ci après l'effondrement spectaculaire de la Silicon Valley Bank, la plus grande banque américaine à tomber depuis 2008, et le rachat du Credit Suisse, le deuxième plus grand prêteur de Suisse, sous l'égide du gouvernement.

"Nous surveillons ce qui se passe en Suisse et aux États-Unis", a-t-il affirmé.

"Mais je suis convaincu que nous disposons des outils adéquats pour garantir une situation stable."

Selon le président, les derniers développements devraient servir d'"argument supplémentaire, pas de déclencheur" pour faire avancer les négociations sur l'union bancaire européenne, longtemps bloquée, qui reste incomplète en raison des divergences persistantes entre les États membres.

Le troisième pilier de l'union, connu sous le nom de système européen d'assurance des dépôts (EDIS), est la dernière pièce du puzzle sur laquelle un accord doit être trouvé. Par coïncidence, l'EDIS est censé empêcher les ruées sur les banques, comme celle qui a entraîné la faillite de la Silicon Valley Bank.

PUBLICITÉ

"Nous avons beaucoup travaillé sur la question, mais il est peut-être temps d'accélérer", a indiqué Charles Michel. "J'espère qu'il sera possible de donner une impulsion politique".

Journaliste • Jorge Liboreiro

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE assouplit les aides d’Etats pour empêcher un exode industriel vert aux Etats-Unis

Le commissaire européen en charge de l'Economie assume la priorité donnée au Pacte vert durant le mandat

L'inflation poursuit sa baisse dans l'UE (Commission européenne)