EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Zone euro : l'inflation chute à 4,3% sur un an en septembre

La hausse des prix à la consommation a notamment été divisée par plus de deux en presque un an.
La hausse des prix à la consommation a notamment été divisée par plus de deux en presque un an. Tous droits réservés Michael Probst/AP
Tous droits réservés Michael Probst/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’inflation connaît un reflux spectaculaire en septembre, chutant de 0.9% par rapport au mois d’août selon Eurostat, l’office statistique de l’Union Européenne.

PUBLICITÉ

Le taux d'inflation annuel de la zone euro a chuté à 4,3% sur un an en septembre, après 5,2% en août, atteignant son niveau le plus bas depuis deux ans, selon Eurostat.

La hausse des prix de l'alimentation s'est elle aussi s'est considérablement ralentie. Mais cette évolution est toutefois rattrapée par une accélération des prix de l’énergie.

Le chiffre de septembre est loin de l'objectif de 2% de la Banque centrale européenne, mais les économistes estiment que si la tendance se maintient, la BCE n'aura pas besoin de relever davantage les taux d'intérêt par rapport à leurs niveaux déjà records.

Les chiffres de la zone euro restent cependant assez mitigés. L'inflation annuelle en Allemagne est tombée à 4,3 % en septembre contre 6,4 % un mois plus tôt, tandis que celle de l'Espagne a augmenté à 3,2 % contre 2,4 % en août.

Mais cette inflation se traduit toujours dans les prix des biens du quotidien freinent l'économie. Cela conduit à une stagnation du marché et oblige les consommateur à réduire leurs dépenses, car les salaires ne suivent pas la même tendance.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque d'Angleterre laisse son taux directeur inchangé

A l'approche des élections, l'Europe a les yeux rivés sur l'économie grecque

Élections européennes : la poussée de l'extrême droite va-t-elle peser sur les énergies renouvelables ?