EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Land of mine", l'histoire méconnue de jeunes prisonniers de guerre allemands sur grand écran

"Land of mine", l'histoire méconnue de jeunes prisonniers de guerre allemands sur grand écran
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans son film, “Land of mine”, (“Les Oubliés” en Français) le réalisateur danois Martin Zandvliet raconte l’histoire vraie de ces adolescents allemands faits prisonniers par l’armée danoise et envoyés

PUBLICITÉ

Dans son film, “Land of mine”, (“Les Oubliés” en Français) le réalisateur danois Martin Zandvliet raconte l’histoire vraie de ces adolescents allemands faits prisonniers par l’armée danoise et envoyés en première ligne pour désamorcer 2 millions de mines enfouies par les nazis sur la côté ouest du Danemark.

Countdown. February 10th. pic.twitter.com/dtCdMHYyHO

— Martin Zandvliet (@martinzandvliet) 2 février 2017

Le film, qui montre une réalité sombre de l’histoire danoise, est en course pour les Oscars dans la catégorie “Meilleur film en langue étrangère”.

“Je veux arrêter le temps, regarder, être là et ressentir les choses. Pour un cinéaste, c’est quelque chose d’important. C’est l’une des choses les plus importantes au monde et elle est dans le champ des possibles. Alors j’y pense”, explique Martin Zandvliet.

Avec peu d’entraînement, ces prisonniers de guerre ont été envoyés pour enlever plus d’un million et demi de mines. Presque la moitié d’entre eux furent tués ou grièvement blessés.

“Nous parlons de plus en plus de la construction de murs, de frontières de fermer les pays. C’est aussi pour cela que j’ai appelé le fim ‘Land of mine’ et pourquoi un homme crie au début c’est ma terre. Parce que l’Europe était supposée ouvrir les frontières, nous aider à vivre plus proche les uns des autres et on dirait que le monde est de lus en plus divisé”, déplore Martin Zandvliet.

Zandvliet, qui a mis quatre ans pour réaliser son film, explique qu’il a utilisé les techniques des films d’horreur pour le rendre plus réaliste.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Découvrez les 10 films européens qui ont marqué 2023

Les 5 meilleurs films européens de l'année selon l'Académie du cinéma européen

Wim Wenders, Prix Lumière 2023 à Lyon, "la source du cinéma"