This content is not available in your region

Les nombreuses couleurs de la scène artistique et culinaire de Djeddah

euronews_icons_loading
Inspire Saudi
Inspire Saudi   -   Tous droits réservés  euronews
Par Jane Witherspoon

De sa corniche ornée d'œuvres d'art à son quartier historique remontant au VIIe siècle, la ville portuaire de Djeddah est un melting pot culturel et culinaire.

Les visiteurs de tout âge peuvent y faire l'expérience de la diversité, de la modernité et de l'authenticité au sein d'espaces en plein air et de centres d'exposition. Pour ceux qui ont soif de culture, d'histoire et de créativité après les deux années de pandémie de Covid-19, il y en a pour tous les goûts dans cette ville saoudienne tout en gardant une certaine distance sociale.

La création en intérieur et en extérieur

Les arts et la culture font partie intégrante de l'identité de Djeddah. Elle abrite l'exposition "21,39 Jeddah Arts" organisée par le Conseil saoudien de l'Art, mais aussi le centre dédié à l'art dans le pays, Hayy Jameel.

De la corniche de Djeddah bordée d'arbres et jalonnée de sculptures à l'espace d'art contemporain appelé SAC, la création artistique est partout dans la ville... Et encore plus lors de la 9e édition de l'exposition "21,39 Jeddah Arts" intitulée "Amakin" cette année. Des artistes ont été invités à emmener le public dans le "makan" qu'ils aiment, un mot qui veut dire "lieu" en arabe.

Lujain Faqerah, artiste locale, nous explique que l'événement a abordé de nombreux thèmes dans le passé. "Jeddah 21,39 est l'une des plus anciennes expositions à se tenir dans le pays," indique-t-elle. "C'est un événement collectif pour tous les artistes, non seulement les locaux, mais aussi ceux du monde entier," poursuit-elle. "Chaque année, le thème est plus intéressant que celui de l'année précédente," souligne-t-elle.

euronews
L'artiste Lujain Faqerah à l'exposition "Jeddah 21,39"euronews

De l'autre côté de la ville, Hayy Jameel qui a ouvert ses portes il y a quelques mois est le centre saoudien dédié à l'art.

"Hayy Jameel est en train de devenir un creuset et un espace intime," indique Rahul Gudipudi, conservateur des expositions au Hayy Jameel, "où les talents créatifs peuvent se nourrir de la pratique des autres et apprendre de la communauté au sens large, qu'il s'agisse de celle qui est implantée depuis très longtemps dans le pays ou de la communauté internationale." Ces échanges entre disciplines contribuent à mieux faire connaître la scène artistique saoudienne. 

Le quartier historique d'Al-Balad

Al-Balad, le secteur historique de Djeddah, est aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il accueille aussi le Festival international du film de la mer Rouge.

Réalisatrice locale, Lina Malaika a fait ses débuts sur place. Pour elle, ce quartier de la ville est un décor idéal pour un tournage. "J'ai grandi en admirant les films, j'ai l'impression que c'est le meilleur moyen pour moi de faire passer un message, j'ai étudié la réalisation de films à New York," raconte la jeune femme. "L'an dernier, j'ai co-réalisé un film avec David Dark, il s'intitule "Maskoon", c'est un thriller psychologique et nous avons tourné tout le film à Al-Balad," déclare-t-elle.

euronews
La réalisatrice Lina Malaika dans le quartier historique d'Al-Baladeuronews

"Quand on s'y promène, on remarque que c'est le décor parfait pour un film et dans le cas de "Maskoon", c'était en réalité, l'un des personnages principaux," poursuit Lina Malaika. "L'intrigue du film tourne autour d'Al-Balad et en faisant un film sur place, on peut mettre en valeur la beauté des arts, de la culture et du riche patrimoine que nous avons," s'enthousiasme-t-elle. "Notre film a été sélectionné pour être présenté en avant-première au Festival international du film de la mer Rouge dont c'était la première édition," dit-elle.

"Quand j'ai décidé que je voulais faire du cinéma, c'était quelque chose de peu commun et regardez où nous en sommes aujourd'hui : le cinéma est apprécié de tous," précise-t-elle. "Je suis très fière d'être une cinéaste saoudienne, mais c'est une immense responsabilité : je dois créer des œuvres dynamiques, informatives et élaborées qui représentent qui je suis et également mon pays," insiste-t-elle.

L'art culinaire de Djeddah

Du marché central aux poissons sur le front de mer aux nombreux food trucks disséminés dans la ville, Djeddah regorge de saveurs. Les Saoudiens sont réputés pour leur hospitalité et nous avons pu découvrir quelques-uns des meilleurs endroits de la ville pour éveiller ses papilles.

Du fait de son statut de ville portuaire, le poisson frais figure en bonne place sur le menu de nombreux établissements. On en trouve évidemment à Baeshen, par exemple, une enseigne incontournable pour les gourmets. "C'est le restaurant le plus célèbre de Djeddah," assure Abdullah Thabit, @Jeddah.story. "La cuisine est une affaire de saveurs, c'est un art," ajoute-t-il. "Aujourd'hui, nous avons tellement de chefs qui présentent leur art, leurs plats, leurs restaurants, nous accueillons des gens de partout," se félicite-t-il.

D'où que vous veniez, il vous faudra goûter au pain arabe tout juste sorti du four. Forn Al-Shaikh est l'une des plus anciennes boulangeries saoudiennes. Elle a été fondée il y a plus de 100 ans.

La scène gastronomique de Djeddah est tout aussi généreuse. Le chef Keith Yeap dirige le restaurant primé Shang Palace où il propose une cuisine chinoise, moderne, créative et colorée.

"Si votre plat est coloré, vos convives seront déjà séduits à 30 % ; les 70 % restants dépendront de la texture, des ingrédients et des saveurs," affirme le chef. "Je mets de nombreux aliments colorés dans mes plats pour régaler les clients et leurs yeux," s'amuse-t-il.

Outre le festival culturel de la Saison 2022 de Djeddah, de nombreux événements hauts en couleur dédiés au sport et au divertissement ont lieu tout au long de l'année dans le pays. Quinze millions de visiteurs ont assisté aux 7 000 événements de la Saison de Riyad qui s'est déroulée dans 14 secteurs et a pris fin en mars.