EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Trop ressemblante ? Oxfam contraint de supprimer une vidéo qui "critiquerait" J. K. Rowling

An uncanny likeness? A still from Oxfam's controverial TERF video
An uncanny likeness? A still from Oxfam's controverial TERF video Tous droits réservés Oxfam
Tous droits réservés Oxfam
Par Saskia O'Donoghue
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'organisation caritative britannique fait face à des réactions négatives après avoir publié une vidéo maintenant supprimée montrant une femme portant un badge "TERF" – certains internautes ont fait le lien avec l'auteure controversée de Harry Potter.

PUBLICITÉ

L'organisation caritative internationale Oxfam a nié qu'une femme de bande dessinée présentée dans une vidéo faisant la promotion du mois de la fierté était l'auteur controversé J.K. Rowling.

La vidéo d'Oxfam publiée sur les réseaux sociaux comprenait une image d'une femme à l'air en colère avec des cheveux et des yeux rouges et portant un badge "TERF".

Les images ont immédiatement déclenché des réactions négatives sur la ressemblance étroite de la figure avec l'auteur de Harry Potter, qui a suscité des critiques sur ses opinions divergentes sur l'identité de genre.

Invision
J. K. Rowling, photographiée en 2019Invision

TERF signifie "Trans-Exclusionary Radical Feminist" et est un terme négatif utilisé contre les personnes qui se décrivent comme féministes mais refusent de reconnaître l'inclusion des personnes trans et de genres divers dans le mouvement.

J.K. Rowling a été qualifiée pour la première fois de "TERF" en 2020, suite à sa décision de publier un certain nombre de tweets critiques, provoquant une réaction furieuse .

Plus tôt cette année, J.K. Rowling s'est rendu sur Twitter pour publier un tweet extrêmement controversé comparant les "TERF" aux suffragettes du siècle dernier.

En février, le jeu vidéo "Hogwarts Legacy", inspiré des romans Harry Potter, a déclenché une guerre en ligne menée par des militants LGBTQ+ exhortant à ne pas y jouer en raison de sa position sur les personnes trans.

Suite aux critiques sur Internet, Oxfam a pris la décision de supprimer et de remettre en ligne la vidéo, en supprimant la femme et la référence "TERF", après s'être excusé "pour l'offense causée" et avoir expliqué qu'ils avaient fait le choix de changer le message en raison de "préoccupations élevé avec nous".

Dans un communiqué, l'organisme de bienfaisance a insisté sur le fait qu'il n'y avait eu aucune intention pour la caricature de "représenter une personne ou des personnes en particulier", ajoutant: "nous soutenons pleinement à la fois le droit d'un individu à défendre ses convictions philosophiques et le droit d'une personne à faire respecter son identité, indépendamment de l'orientation sexuelle, de l'identité et de l'expression de genre et des caractéristiques sexuelles."

Bien qu'ils aient prétendu avoir fait une erreur alors qu'en fait, ils voulaient simplement "faire un point important sur le préjudice réel causé par la transphobie", Oxfam a été critiqué par des personnes des deux côtés du débat sur les "TERF" sur les plateformes de médias sociaux après leur décision de revenir en arrière.

Un utilisateur de Twitter a écrit : "Je ferai un don à d'autres organisations caritatives qui ne promeuvent pas une idéologie de genre ridicule et ne publient pas d'insultes contre les femmes", tandis que d'autres ont accusé l'organisation de "pousser l'idéologie trans" et de se plier aux exigences des "fanatiques anti-trans."

AP Photo
Au plus fort de son succès pré-"TERF" - Rowling fait la promotion de "Harry Potter et la coupe de feu" en 2000AP Photo

J.K. Rowling a refusé de commenter la situation, mais le débat trans continue de s'intensifier.

Pas plus tard que la semaine dernière, des manifestants pour les droits des trans ont interrompu une conférence à l'Oxford Union par Kathleen Stock, une féministe qui milite pour des espaces de sexe unique pour les femmes. Un manifestant a collé sa main au sol devant l'universitaire "critique du genre" et d'autres ont accusé l'institution universitaire d'être transphobe.

AFP via Getty Images
La société LGBTQ+ de l'Université d'Oxford proteste contre le discours de Kathleen Stock à l'Union la semaine dernièreAFP via Getty Images

Même le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'est lancé dans le débat, affirmant que le discours du professeur Stock devrait être autorisé à se poursuivre : "que vous soyez d'accord ou pas d'accord avec elle, le professeur Stock est une figure importante dans cet argument. Les étudiants devraient être autorisés à entendre et à débattre de ses opinions", ajoutant que l'université "devrait être un environnement où le débat est soutenu, et non étouffé."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une femme transgenre a-t-elle gagné le marathon de Londres ?

Pandémie, inégalité et guerre sont responsables de 250 millions de nouveaux pauvres en 2022

Harry Potter : J. K. Rowling brise un mythe