EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Charge politique de l’UE

Charge politique de l’UE
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les institutions européennes sont à l’offensive pour défendre l’Etat de droit au sein des 28.

PUBLICITÉ

Après plusieurs mois de tergiversation l'Union européenne veut désormais empêcher toute dérive anti-démocratique au sein de ses pays membres. Le Parlement européen a approuvé la semaine dernière le déclenchement de l'article 7 du traité sur le fonctionnement de l'Union contre le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. En décembre 2017 la Commission européenne a employé la même arme politique à l'encontre du gouvernement ultraconservateur polonais. Pour l’analyste Shada Islam ces initiatives sont encourageantes. "Je pense que la Commission européenne et le Parlement européen doivent avoir ce courage, je suis satisfaite, rassurée et soulagée de voir nos institutions agir pour nos droits", explique la responsable du centre de réflexion Friends of Europe.

En réponse le gouvernement hongrois a lancé une vive campagne contre les institutions européennes. Dans une vidéo les autorités dénoncent l'attitude d'une majorité pro-immigration qui veut réduire Budapest au silence. Pour le chercheur de Carnegie Europe, Richard Youngs, ce bras de fer souligne "le besoin pour l'Union de créer des alliances plus large, d'atteindre des voix plus démocratiques dans ces pays. Elle doit aussi comprendre le besoin de s'engager dans ce genre de développement politique beaucoup plus tôt". Pour l’analyste les institutions ont peut-être agi trop tardivement face à Viktor Orban. Selon un sondage réalisé pour Euronews en Hongrie, 56% des personnes interrogées estiment justifié le lancement de la procédure européenne à l'encontre de leur gouvernement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Procédure offensive du Parlement européen contre la Hongrie

Grèce : un feu d'artifice tiré depuis un yatch provoque un feu de forêt

Viktor Orbán en visite à Berlin sans fanfare