Une difficile parité pour la prochaine Commission européenne

Une difficile parité pour la prochaine Commission européenne
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La première femme élue présidente de la Commission européenne veut la parité entre hommes et femmes dans son équipe. Mais les premières annonces des Etats membres vont lui compliquer la tâche.

PUBLICITÉ

A peine élue la prochaine présidente de la Commission européenne doit déjà se battre avec les Etats membres. Ursula von der Leyen rencontre des difficultés pour tenir l'une de ses promesses initiales, parvenir à la parité entre hommes et femmes dans le prochain collège des Commissaires. C'est aux Etats membres de proposer des noms à l’Allemande. Jusqu'à maintenant sur les 16 candidats connus seuls six sont des femmes, dont la présidente. Autrement dit la marge de manœuvre s'annonce très réduite. De nombreuses capitales ont en effet refusé de proposer deux personnalités pour permettre de respecter la parité.

Dans ce processus Ursula von der Leyen pourra peut-être compter sur l’appui du Parlement européen. Les députés doivent en effet approuver l’ensemble de la prochaine équipe. Pour l’analyste Dharmendra Kanani, du centre de réflexion Friends of Europe, la responsabilité pourra d’ailleurs se renverser. "Je pense que si le Parlement et le Conseil ne jouent pas le jeu, la question sera pourquoi les institutions ont échoué, et non pas elle", explique-t-il. L’autre question est aussi de savoir si Ursula von der Leyen mettra ses menaces à exécution et refusera des candidats pour des questions de parité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un portefeuille européen à l’Egalité

La nouvelle Commission européenne se dessine

Les demandes des agriculteurs nécessitent des solutions rationnelles pour "surmonter les préjugés" à l'égard de l'Ukraine, selon Kyiv